Par Edouard Broussalian

Introduction

Veratrum album est un drôle de remède. Je pense qu’il faut beaucoup d’expérience pour parvenir peu à peu à discerner son indication, que ce soit chez l’adulte ou chez l’enfant. Le présent article mérite d’être réécrit, il date de 2007, mais il vous donne une idée de l’essentiel. Une fois la « musique » entendue, vous serez apte à vous rendre compte du nombre très important d’enfants Veratrum… et de réaliser combien vous en avez « loupés » dans le passé.

Bien entendu, on pense tout de suite au trio du choléra, avec Camphora et Cuprum, ce qui nous renvoie à cet épisode glorieux où Hahnemann, avant d’avoir vu un seul cas clinique lors de l’épidémie, parvint à établir que ces trois médicaments seraient indiqués.

J’en profite pour souligner ici cet exploit intellectuel, qui est à l’homéopathie ce que la découverte d’Uranus par Le Verrier fut à l’astronomie et à la mécanique classique.

Nous allons voir maintenant les indications de ce remède chez l’enfant, dans toutes sortes de situations, des plus courantes en chronique, aux plus urgentes dans un contexte abdominal.

Un premier cas

La petite Romane, née le 5 juillet 2002.

Je la vois le 23 Mars 07.

Elle est toute menue, un peu le style petite poupée et très agile, ses mouvements ont beaucoup de grâce.

On me l’amène pour un asthme déclaré comme tel si j’ose dire, depuis le mois de décembre 2006. En réalité, depuis qu’elle est petite, elle ne fait que des bronchiolites  et des bronchites asthmatiformes.

Je la trouve d’emblée, très espiègle et bavarde. Tandis que sa mère m’explique son bilan d’allergie, poils de chats, pollens et autres bébêtes, elle s’immisce et dit « ce n’est pas vrai ! »

Elle faisait beaucoup d’eczéma, qui a été traité avec des corticoïdes. Curieusement, à mesure que l’eczéma disparaissait, les troubles bronchiques ont commencé à survenir. Il s’agit sans doute d’une simple coïncidence puisque la médecine n’a pas encore pu prouver une corrélation !

Pendant l’entretien, elle se montre très curieuse de tout, elle ne cesse de prendre des objets sur le bureau et demander « c’est quoi? ».

Très vite je suis frappé par son ton extrêmement dur et cassant avec sa mère. Elle lui parle vraiment sur un ton d’autorité et de mépris.

Elle s’implique dans des affaires qui ne la concernent pas,  donne son avis sur ce que dit et fait sa mère. Très jalouse, elle s’interpose dans toutes les conversations.

Les parents sont séparés depuis 3 ans et demi. Selon la maman, son père est un jaloux maladif :

il s’en allait de la maison et revenait en me faisant peur

il me harcelait

il me rabaissait

Romane mange beaucoup de yaourts, elle aime le bon chocolat chaud. Pour terminer, sa mère convient après que je le lui aie demandé, que Romane aime beaucoup  être « à poil à la maison ».

VERATRUM ALBUM  200 KENT.

Commentaires.

La situation vécue par la mère mérite d’être relevée. C’est une stratégie courante qu’il faut appliquer dans tous les cas. Ce que vit la mère durant la grossesse s’imprime plus ou moins profondément sur l’enfant, selon sa sensibilité personnelle. Ainsi, il n’y a pas de relation systématique, mais ici on notera des facteurs causaux probables :

  1. Suite de déception amoureuse
  2. Suite de déception
  3. Suite de frayeur
  4. Suite d’humiliation
  5. Ou encore suite de chagrin

Bien sûr, Veratrum figure dans toutes les rubriques.

Dans les suites de déception amoureuses, et leurs répercussions sur l’enfant, je souligne la fréquence de l’indication de Tarentula hispanica chez les enfants très agités, désobéissants, casse-cou, bagarreurs, intenables. Souvent l’histoire de la mère est marquée par les suites d’un amour non payé en retour.

Habituez vous à explorer cette situation en délicatesse et vous serez étonnés du nombre de fois où des mères ont été éperdument amoureuses d’un homme qui ne les regardait pas ou les menait en bateau tandis qu’elle s’accrochait à l’espoir qu’un jour il daignerait la considérer…

Une seule fois, je me suis fait attraper. Devant un cas splendide de Tarentula, je dis, sûr de mon fait : « et je suppose qu’il y a eu chez vous une affaire sentimentale qui a mal tournée ? ». La maman me dit  « Ha non, ca ne risque pas ! Moi c’est bien simple, si je sens que je suis en train de tomber amoureuse, je suis capable de démissionner de mon travail pour ne pas le croiser de nouveau ! »

Attitude déjà pour le moins étrange… Mais ce n’était pas ce que je recherchais. Alors je lui explique le but de mes questions et elle me dit « haaa, mais c’est la situation qu’a connu ma mère. Elle était folle amoureuse d’un homme qui n’a jamais voulu d’elle, et elle nous a toujours expliqué qu’elle s’était mariée avec notre père par dépit. C’est pour ça que je fais bien attention de ne jamais tomber amoureuse ».

Terrifiant non ?

Les signes qui frappent sont les suivants :

CURIEUX, questionneur : agar., hyos.5, lach., lyc.5, puls.5, sep.5, sulph.5, verat.5

C’est une bonne rubrique à laquelle nous pouvons ajouter Carc.

AUTORITAIRE, dominateur : apis.7, arn.3b, ars.90, aur.88, camph., caust., cham., chin.7, con., cupr.3+7, ferr., lach.88, lyc., med.88+90, merc., nux‑v.88+90, phos.90, plat.3+7, puls.90, sep.88+90, verat.3b+7

La petite a besoin tout le temps d’imposer son propre point de vue. Par rapport à Lycopodium, ce qui est frappant ici, c’est qu’elle n’hésite pas à se positionner comme dominante même devant un étranger, en première intention.

CRITIQUER sévèrement, porté à / ne sort de son silence que pour critiquer : verat.

Veratrum est aussi présent dans la rubrique mère, mais ce signe est très caractéristique, c’est une keynote. Initialement observé dans les cas psychiatriques, cette rubrique est utile pour les personnes qui ne font que critiquer, pensez donc à Veratrum.

ÉGOTISME, culte du moi (Voir Mégalomanie) : arn.5, calc., lach., lyc.5, med., merc., nux‑v.5, pall., plat., sil., staph.5, sulph., verat.5

L’attitude de la petite est finalement extrêmement centrée sur sa propre personne. La rubrique Egotisme s’impose d’elle-même.

ESPIÈGLE, taquin (avec fond de méchanceté) (Voir Joueur) : agar., aloe., anac., arn., ars., bar‑c., calc., cann‑i., cupr., hyos., lach., merc., nux‑v., stram., tarent., verat.

La version « soft » du symptôme est cette rubrique Espiègle, avec une sorte de séduction, une sorte de titillation du spectateur.

HAUTAIN, arrogant (Voir Méprisant) : agar., alum., anac., arn., aur., cann‑i., caust., chin., cic., con., cupr., dulc., ferr., ferr‑mag., gran.3b, guaj., ham., hyos., ign., ip., lach., lil‑t.3b+7, lyc., merc., nux‑v., pall., par., phos., plat., rob., sabad., sec., squil., staph., stram., stront., sulph., thuj., verat.

La version « hard » est la rubrique Hautain, arrogance, que l’enfant présente avec tout le monde autour d’elle. Il faut que tout le monde la reconnaisse pour être le centre d’intérêt.

INSOLENCE (Voir Impolitesse, Impertinence) : bell., canth., graph., hyos., lac‑c., lyc., lyss., nat‑m.5, nit‑ac., nux‑v., pall., petr., phos., plat., psor., stram., verat.

Enfin, son attitude avec sa mère est très Insolente, bonne rubrique que j’aime utiliser.

LOQUACITÉ (Voir Élocution) : … hyos., iod., ip., kali‑i., lach., lachn., …., stram., verat., viol‑o., zinc.

Par acquis de conscience j’ai demandé si Romane aimait se dévêtir, ce qui a fait s’esclaffer sa mère. Ici les références croisées et l’index de Pckent nous sortent d’affaire :

NU, désire être (Voir Impudique, Indifférence-Nue) : bell., camph., cham., hyos., merc., merc‑c., phos., phyt., sec., stram.

INDIFFÉRENCE, aboulie, apathie, etc / nue en public, à être (Voir Impudique, Nu) : hyos.1, phos., phyt., sec., stram., verat.

IMPUDIQUE (Voir Indifférence, Nu) : anac.3, bell., bufo.7, calc., camph.3, cann‑s.3, canth., cub., cupr., hell., hyos., lyc.5, merc‑c., mosch., murx.3, nat‑m., nux‑m., nux‑v., op., phos., phyt., plat.5, sabin.3, sec., stram., tarent., verat.

FOLIE / impudeur (exhibitionnisme), avec (Voir Nu) : cupr., hyos., stram., verat.

Résultats

Je note le 20 avril 2007 : A été très détendue les premiers jours,  puis effet contraire. Elle était moins à fourrer son nez dans tout. Ne cherchait plus systématiquement le conflit. Après le retour des signes mentaux, on a renouvelé la prise, là elle a basculé très vite dans mieux net.

Apparaît plus détendue, sa mère dit qu’elle est enfin réceptive quand  on essaye de lui expliquer quelque chose. Elle veut bien écouter les arguments.

Quand sa mère la gronde, ou lui dit non : avant elle se vexait et ou se contrariait très vivement,  maintenant elle extériorise tout, exprime qu’elle n’est pas d’accord et pourquoi. Bref, une relation s’instaure et ce n’est plus le perpétuel rapport de force.

Elle n’a plus refait une seul crise d’asthme depuis qu’on s’est vus. Elle ne prend plus de traitement autre que Veratrum.

Romande reste volontiers bavarde, mais plus pour dire n’importe quoi. Sa mère dit « mais on a au contraire de belles discussions ». Elle aime la viande « c’est une carnassière ». Adore poisson, crevettes, gambas, etc.

Les signes d’appel du remède

Ce qui frappe dans Veratrum album, c’est cet aspect de chef né, avec une ambition (Nux-v) hors normes (souvent les enfants savent ce qu’ils feront plus tard, avec beaucoup de conviction).

Tout de suite, dès le début de l’entretien, l’enfant non seulement ne s’en laisse pas imposer mais cherche soit à montrer son ascendant sur l’un des parents souvent réduit quelque peu en esclavage, soit à séduire le médecin. Cette bipolarité se retrouve partout dans le remède : un ange avec ceux qu’il ne peut contrôler, un démon avec ceux qu’il a pu soumettre.

Nous avons ici le fameux symptôme de Veratrum qui consiste à devenir le copain du chef. Je me souviens du cas d’une petite fille qui se payait le culot dans tous les restaurants où on l’emmenait de filer vers les cuisines, demander à voir le chef et une fois apaisée d’avoir pu faire connaissance avec celui qui dirigeait la boutique à ses yeux d’enfant, pouvoir passer à table.

Veratrum album est donc à la fois un enfant curieux de tout, voire précoce, avec l’impulsion à tripoter tout ce qui l’intéresse, mais aussi un enfant extrêmement agité. Veratrum album peut aussi porter un intérêt précoce pour les questions religieuses, ce qui détonne encore plus dans la société actuelle, quand ce symptôme se rencontre. L’enfant Veratrum est très créatif, il aime écrire, dessiner ou peindre.

Phosphorus, est ici très proche de Veratrum, d’autant que le désir de sel ou de poisson est très marqué dans les deux remèdes. Bien qu’on puisse rencontrer certains cas de Phosphorus un peu hautains, cela n’atteint jamais le stade de Veratrum. La tendance hémorragique de Phosphorus permet très vite de départager.

China, ressemble de ce point de vue à Veratrum, avec aussi le désir de sel très marqué dans les deux remèdes ainsi que l’aggravation par les fruits et un appétit dévorant. L’enfant Veratrum aime beaucoup le lait, parfois au point de ne vouloir que cela. L’enfant China est aggravé par le lait et présente souvent une aversion pour le lait. Autre ressemblance, le petit China aime bien sortir des piques, tire des traits acérés contre les autres, c’est comme une pulsion à dire une chose désagréable. Le petit Veratrum quant à lui est bien pire, il adore se moquer des autres et les rabaisser.  Les deux remèdes ont peur des chiens (ajouter ici Veratrum). Ici encore la différence se fait assez facilement sur le comportement très élitiste et égotique de Veratrum.

Le pôle opposé se rencontre quand l’enfant au contraire est très destructeur, qu’il prend plaisir à casser les choses (ajout). On rencontre des cas où l’enfant détruit ses vêtements, les lacère, ainsi que ses cahiers, ses crayons, les meubles, etc.

Leur ambition, leur détermination, les pousse dans certains travers comme la vanité, un maintient hautain, s’adressant avec beaucoup de morgue à tous ceux qui ont capitulé devant eux. Souvent ces enfants sont très provocateurs (ajout). Comme tout est bon pour obtenir ce qu’ils désirent atteindre comme objectif, le mensonge, la manipulation, faire semblant d’être malade seront des stratégies communément observées. C’est pourquoi on trouve aussi Veratrum dans la rubrique :

TROMPEUR, fourbe (Voir Menteur) : arg‑n., ars.5, bell.5, bufo., chlol., coca., dros., fl‑ac.7, lach.5, nat‑m.5, nux‑v.5, op.3, tarent.3, verat.3

Farokh Master signale l’indication de Veratrum chez les enfants qui ont des troubles du comportement après un chagrin, une frayeur. Ces circonstances sont aussi celles de la grossesse, à laquelle il faut ajouter l’humiliation ; je dirais même une humiliation bien particulière où s’associe la perte de rang social. Cette circonstance est souvent retrouvée dans les antécédents familiaux. C’est le fameux symptôme

DÉSESPOIR / sociale, au sujet de sa position : calc.5, ign.5, puls.5, rhus‑t.5, sep.5, Staph.5, sulph.5, verat.

A cause de cette peur constante d’être surclassé, l’enfant Veratrum est très jaloux. Cette jalousie est typique quand arrive un nouvel enfant dans la fratrie, car l’enfant se sent menacé dans son statut de premier.

Toutes les stratégies sont bonnes pour se faire remarquer et s’attirer des remontrances (en analyse transactionnelle on appelle cela obtenir des strokes négatifs) :

  1. Se balader tout nu, c’est une véritable exhibition,
  2. Désobéir et provoquer,
  3. Courir de partout,
  4. Faire des pitreries et autres cabrioles,
  5. Rire stupidement,
  6. Mettre les doigts dans la bouche (ajout) ou se ronger les ongles,
  7. Chipoter sans fin ce qu’il a dans son assiette et ainsi établir une relation malsaine avec une mère qui devient « chèvre ». On voit ainsi des enfants qui, lors du repas, se mettent à courir de partout, avec leur mère à leurs trousses pour tenter de les rattraper. Toute l’opération pouvant bien entendu prendre des heures…
  8. Prendre des crises de rage incontrôlée, avec des hurlements, en se tirant les cheveux (ajout),
  9. Dans ces crises, certains enfants crachent sur ceux qui les approchent,

D’autres fois, on a le tableau contraire d’un enfant très gentil et affectueux, qui a besoin de preuves d’amour, notamment avec le besoin de se faire porter dans les bras.

Bipolarité oblige, soit l’enfant est très coquet, voire même extravagant dans sa façon de s’habiller, soit il peut détester se laver et se comporte salement (ajout).

Dans les peurs, on a :

  1. Peur du médecin (Ign, Phos) (ajout de Farokh)
  2. Peur des chiens (ajout) (Stram, Chin, Lyc, Tub)
  3. Peur de l’eau (ajout)
  4. Peur des objets de couleur noire. Ceci est rapporté par Farokh, qui signale que l’enfant a peur des jouets noirs (ajout). Je n’ai pas encore rencontré cela.

Veratrum et DEFICIT d’attention hyperactivité (TDHA)

Clairement, Veratrum est indiqué comme remède de routine dans les troubles d’attention et hyperactivité de l’enfant, ainsi que le fait remarquer Farokh Master, dont je traduis ici le texte :

Hyperactivité avec désobéissance

Taper du pied

Agitation infernale, qui s’exprime sous la forme de comportements répétitifs : découper les vêtements ou les feuilles de papier en tout petits bouts, manger les gommes, se mettre plein de choses dans la bouche, manger le col de ses vêtements, les stylos, etc.

L’enfant veut qu’on lui réponde là tout de suite, immédiatement.

Essaye constamment d’embrasser tout le monde ou de faire un câlin dans le but de gagner les faveurs des personnes.

Colère associée à de la violence.

Les périodes d’attention sont brèves et peu importantes ; l’enfant ne peut pas rester assis une minute à son travail ; il dérange aussi les autres en classe.

Très bavard.

Court de partout.

Absence de gêne, impudique.

Crie facilement.

Forte frustration chez l’enfant, à cause de discorde parentale, changement soudain de statut socio-économique, ou de trop peu d’attention que lui portent des parents trop soucieux de réussir leurs carrières professionnelles.

Ce sentiment de frustration conduit l’enfant à n’être jamais content, d’où le besoin de désobéir et la provocation.

Mensonge, et manipulation.

Chipotage avec les aliments.

Cas clinique1

La petite Tamara est vue à l’âge de 5 ans. Elle souffre d’un TDHA. Le soir elle refuse de se mettre au lit, on passe la soirée à lui courir après.

Elle est définie par ses parents comme très dure de caractère. Elle n’écoute rien ni personne. Elle donne des directives aux autres. Etc…

Lors des ses crises de colère, elle se met à hurler, et se roule par terre. On ne peut alors plus rien en faire.

A l’âge de 2 ans et demi elle a été hospitalisée pour une gastro-entérite très violente, au point où sa mère dit « j’ai eu la peur de ma vie ».

Si elle ne peut pas être la chef, alors elle devient la copie du chef, et se soumet à son autorité au point de faire tout ce que le chef exige d’elle.

Fort désir d’ajouter du sel dans les plats.

Veratrum album LM1, 2 secousses, 2 verres de dilution, deux fois par semaine amène à une véritable transformation de l’enfant en moins d’un mois d’octobre à novembre 2006. A ce jour (septembre 2007), elle continue d’aller très bien avec comme conséquence une vraie révolution dans sa scolarité.

Cas clinique 2 ou l’histoire d’un ratage

Yoann est né le premier septembre 1996. Je le suis ainsi que toute sa famille depuis 10 ans, et le connais donc depuis qu’il était nourrisson. Je vais vous narrer comment j’ai manqué l’indication de Veratrum album pendant presque 8 ans !

Certes, je suis arrivé à soulager les symptômes les plus importants. Certes, les remèdes prescrits ont aidé et bien amélioré, y compris dans les situations aigües, mais à chaque fois on assistait finalement à un échappement de la dose, ou à une nouvelle rechute. Depuis deux ans qu’il est sous Veratrum, le tableau a enfin changé, il se porte comme un charme, et ne cesse de progresser. Il n’est pas retombé malade, et on a assisté à une véritable transformation de son état psychique qui n’était qu’agitation et provocation.

A l’âge de 2 mois, il a beaucoup de gaz et fait des selles molles. Argentum nitricum 200 le soulage bien durant de nombreux mois.

Mars 97, poussée dentaire, salivation qui irrite les commissures labiales, Nitric acidum 200 soulage bien à chaque fois.

Août 97 : il est temps de chercher un remède plus indiqué sur le fond. Transpire de la tête. Autoritaire. Désir de sucré. Ventre ballonné. Lycopodium 200. Beaucoup de bien.

Décembre 97 : il consulte Rémy Beau qui donne avec succès Calcarea pour une histoire de douleur abdominale.

Août 98 : résultat pas satisfaisant sur le terme. Il répond, tire la langue, il est très jaloux, il dort sur le ventre. Medorrhinum 200. Aucun effet ou presque !

Décembre 98. Les parents ont eu des mots avec la nourrice. Pneumopathie de la base droite, otite droite, examen abdominal normal. Lycopodium 200, qui donne un très bon résultat.

Mars 99 : Il vomit régulièrement avec des selles blanches 48 avant la crise de vomissements. Il a horreur de tout ce qui est chaud, notamment les boissons ou le bain. Eczéma des joues. Signes de bronchite droite. Je le mets sous Lycopodium LM5 qui fait du bien, mais pas « transcendentalement » et progressivement.

Août 99 : je note persistance de l’énurésie nocturne. Pas d’effet de Lycopodium.

Décembre 99. Enfant autoritaire, se tripote le zizi très souvent, sa mère a eu besoin de Lachesis durant la grossesse : Lachesis LM2.

Mai 2000. Nette amélioration du comportement, mais très fortes réactions à chaque prise, qu’on dilue donc plus (c’est l’époque où je dilue encore dans un verre d’eau). Il ne supporte rien de serré autour du cou.

Février 2001. Il n’a aucun changement de l’énurésie. Il sort de temps en temps de gros « boutons » douloureux sur le cuir chevelu et sous le bras gauche. Il a refait une gastro-entérite en novembre. Lachesis LM4.

Octobre 2001. Rien à faire, l’effet des prises et très transitoire. Yoann s’oppose systématiquement à sa mère. Il refuse de manger, chipote dans son assiette, ça rend sa mère folle. Il est très agité, fronce sans cesse les sourcils. Boude énormément, jamais content. Transpire de la tête. Toujours trop chaud. Peur des chiens. Lycopodium LM1 (à ma grande honte aujourd’hui…). Amélioration à environ 50% du comportement. Sortie de verrues au pied.

Décembre 2003. Tant bien que mal, il répond à Lycopodium. Moins en opposition, transpire moins de la tête. Aime beaucoup le sucré. Se gratte de partout sans avoir d’éruptions. Sulfur LM1 comme remède intermittent chronique.

Mai 2005. A été tant bien que mal, mais rien d’extraordinaire durant un an. Il parle très bien. Affreusement agité. L’effet de Lycopodium n’a pas été bien clair. Douleurs abdominales soudaines, non liées aux repas. Dort sur le ventre, les mains sous le ventre. Medorrhinum LM1 (remède de sa maman).

Mars 2006. Echec flagrant de Medorrhinum. Ses parents n’en peuvent plus de son comportement. Lenteur de la seconde dentition, il avait déjà mis ses premières dents très tardivement. Yoann est très jaloux du lien entre ses parents. Il ne cesse de s’immiscer entre eux. Il se tripote sans arrête le sexe, qui est rouge et tout irrité. Il adore le sel. En fait les parents n’en utilisent pas à table et on s’est rendu compte récemment seulement de ce désir effréné. Yoann aime beaucoup se faire plaindre pour le moindre bobo.

Sa maman auprès de qui j’insiste sur les conditions de la grossesse se tape la tête et me dit, « mais bien sûr c’était pendant le tremblement de terre de 1996, j’ai eu la peur de ma vie ». Veratrum album LM1.

Revu en Avril 2007. Il va super. Enfin… Tous les signes (comportement, énurésie, troubles digestifs, etc.) sont enfin éliminés. Il réagit très bien à chaque dose qui le calme dès qu’il recommence à s’exciter. Dès qu’il reprend sa dose, les dartres des commissures labiales ressortent nettement.

Signes physiques

Troubles digestifs aigus

Dans les situations d’urgence il faut évoquer Veratrum album dans les collapsus avec cyanose, transpiration froide, faciès hippocratique, froideur du corps comme de la glace, pouls petit et à peine perceptible, tension imprenable, extrémités glacées, coloration bleue.

Le front est couvert d’une sueur froide, souvent l’enfant frotte le front de ses mains.

Aux côtés de Carbo vegetabilis, dont l’indication est proche, j’ai vu Veratrum opérer des guérisons surprenantes alors qu’on se demande s’il ne faut pas immédiatement faire venir le SAMU.

C’est un immense remède de gastro-entérite, avec des crampes violentes de l’estomac et une dégradation rapide de l’état général qui vire vite au collapsus avec le cortège de signes décrits ci-dessus.

Le tableau est terrible à affronter, si vous osez Veratrum, vous obtiendrez les résultats parmi les plus spectaculaires de votre carrière, croyez moi. Vomissement avec la selle. Veratrum convient à toute affection gastro-intestinale qui s’accompagne de sueurs froides du front (Carb-v, Chin, Op) et qui évolue très vite vers al gravité.

C’est un remède de routine dans les cas de péritonite suite d’invagination, de hernie étranglée ou d’appendicite. Farokh nous avait montré un cas vidéo qu’il avait longuement détaillé, alors qu’en réalité le diagnostic du remède doit être posé en quelques minutes ! Les vomissements sont très vigoureux, le remède est plein de contractions musculaires, les mâchoires sont serrés, il y a tendance à mordre le verre en buvant. Le malade grince des dents en dormant, ce signe semble se rencontrer moins souvent en chronique.

Le hoquet en vomissant ou après avoir vomi est une keynote. On le rencontre peu souvent mais grâce à cette caractéristique on fait mouche pratiquement à tous les coups.

Les contractions musculaires sont la marque du remède sans atteindre le niveau de Cuprum toutefois, on observe ainsi que l’enfant enfonce sa tête dans l’oreiller en dormant, grince des dents, ou dort les yeux mi-ouverts, etc.

A côté de toutes ces contractions, existent des signes contraires bien entendu : les liquides ressortent par le nez ou paralysie de l’œsophage. Il existe pratiquement un péristaltisme inversé (Asaf).

Les vomissements surviennent volontiers juste après avoir mangé ou bu de l’eau froide qu’ils réclament à cor et à cris.

Phosphorus ressemble ici à Veratrum, sans atteindre aussi vite le niveau de collapsus. Ce qui est caractéristique de Phosphorus c’et que l’eau froide séjourne environ 15 minutes dans l’estomac avant d’être vomie. On dit classiquement « dès que l’eau s’est suffisamment réchauffée dans l’estomac » pour qualifier ce signe.

Dans Veratrum aigu, tout le tableau est très algique. L’abdomen se rétracte douloureusement à force de vomir, la région du nombril est sensible au toucher, il y a souvent une défense à la palpation, et une sensibilité au Mc Burney.

Veratrum est donc un remède de choix du choléra infantile, qui s’accompagne d’une transpiration froide et abondante. Il rivalise ici avec Arsenicum album, Camphora, Secale, Silicea et Tabacum. Pensez aussi à Veratrum dans les cas où il y a des vomissements avec la dentition, autrement dit quand la dentition s’accompagne d’une inflammation digestive.

Digestif chronique

Les désirs alimentaires sont bien marqués, d’autant que l’appétit est souvent féroce. Le besoin de boire froid, l’aversion pour tout ce qui est chaud sont autant de signes caractéristiques. Bien souvent aussi le désir de viande, et de boire du lait, qui fait du bien.

Autres désirs souvent rencontrés :  désir de citrons (Bell, Merc, Sabad, Sacch), de choses rafraîchissantes, de concombres (Ant-c, Phos, Sulph), de crème glacée, de fruits acides (Ars, Cist, Med, Thuj, Sulph), de glace (Calc, Elaps, Med, Nat-s), de sardines (ou hareng), de sel (Carb-v, Lac-c, Nat-m, Phos, Carc, etc.)

Tous les fruits aggravent pourtant et provoquent une distension douloureuse de l’abdomen (Ars, Chin, Lach, Merc). On a ainsi de la diarrhée indolore après les concombres, ou après avoir bu de l’eau froide un jour d’été où il faisait très chaud (Ant-c), les fruits (Nat-s) ou rien qu’en se retrouvant mouillé par un jour de pluie (Nat-s, Rhus-t, Acon, Calc).

Les contrariétés soudaines comme la colère, l’anxiété provoquent la diarrhée. Ici encore des spasmes musculaires et des contractions en relation avec un choc mental.

Les troubles respiratoires

La description qui précède a dû vous faire évoquer Medorrhinum ainsi que son cousin Natrum sulfuricum. Les troubles respiratoires obéissent aux mêmes modalités comme l’asthme par temps humide.

Dans Veratrum la tendance à la gravité est bien précoce, et vous aurez tendance à paniquer devant le malade. Le « praticien qui flippe » est un signe d’appel pour Aconit ou Veratrum. Une caractéristique : l’enfant respire mieux en pliant la tête en arrière.

Bien entendu, les émotions provoquent de l’asthme. D’ailleurs, il y a même une tendance à s’évanouir avec une douleur ou une motion forte, ce qui n’est pas non plus sans rappeler Asafoetida.

La nature spasmodique du remède se révèle dans la toux qui est pleine d’efforts pour vomir. La toux est très violente, avec un son caverneux, avec des crises de 3 ou 4 toux. C’est un remède de coqueluche avec des convulsions (Cupr, Kali-br, Meph, Sep).

Farokh le cite comme remède de coqueluche négligée avec des complications.

Conclusions

Veratrum album est un immense remède qu’il faut avoir dans sa pharmacie, et ne pas hésiter à dégainer. Je l’ai rarement vu échouer tant son indication est assez facile une fois qu’on a appris à le reconnaître. Il vous donne la clé de cas bien difficiles comme ceux de certains adolescents en révolte permanente contre leurs parents. A vous de jouer !

Tags:

Une réponse à “Veratrum album enfant” Subscribe

  1. Athelas 16/01/2014 at 00:11 #

    Bonjour,

    Y a t-il des symptômes qui amènent à prescrire clairement Veratrum album comme médicament chronique chez un enfant en bas âge (moins de un an) qui n’a pas eu de trouble digestif, pas de soif particulière, pas colérique en particulier (si tant est que cela soit vraiment de la colère à cet âge) ?
    J’ai vu cela et je reste perplexe.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.