Une Robuste Intolérante

Il s’agit d’une vieille observation ancienne reprise sur informatique et qui sepiam’a enseigné des points inattendus.

J’ai suivi longtemps cette malade, près de 35 ans. Robuste, au caractère difficile, irritable et peu coopérant. Elle se plaignait surtout de fortes céphalées, aux signes changeants à chaque consultation. D’autres doléances sont notées sur le 1er document.

 
 
 
 

robuste intolerante

Des séances d’acupuncture, associées à des remèdes homéopathiques procuraient un certain soulagement, sans résultat concluant. Ont suivi Ignatia, Nux Vomica, Lycopodium, Thuya, Calcarea Carbonica entre autres échecs peu valorisants.

J’étais perplexe devant cette malade qui persistait à me témoigner sa confiance, malgré mes médiocres résultats.

C’est en 1969, avec « l’Expression Perforée de Kent » que je commençais à mieux cerner ce cas rebelle.

Les symptômes principaux notés sont sur le premier transparent. Ceux retenus sont encadrés, numérotés de 1 à 5 et ont été utilisés avec les fiches du Répertoire Perforé.

Trouvant curieux cette frilosité chez cette personne robuste, j’avais retenu l’amélioration générale par la chaleur. En effet, au moins 3 de ses doléances étaient soulagées par la chaleur. A mon avis, le remède devait se trouver là, impérativement.

 

robuste intolerante 2La frilosité opposée avec la contrariante intolérance aux vêtements serrés, me faisant réfléchir, valorisaient à mes yeux les deux symptômes généraux:

Amélioration générale par la chaleur (No:5), éliminateur par excellence

Intolérance aux vêtements serrés (No: 1)

Trois autres intolérances, dont deux mentales et un alimentaire complétaient un quartet étrange :

Intolérance à la contradiction (No:2)

Intolérance à la consolation (No:3)

Intolérance au lait et laitages (No:4)

Superposant les fiches de ces 5 symptômes, un seul point lumineux subsistait, innatendu, le simillimum, Sepia Officinalis.

Je n’avais jamais envisagé ce remède pour cette patiente, ni triste, ni ptosique ! Ce remède à diverses reprises et au fil des années soulagea la personne. Les résultats s’estompant, le cas fut toujours relancé par Psorinum, nosode qui apparait sur le document.

 

Conclusion

Sur le second document, il apparait certes que Sepia est bien le remède de ce cas.

Mais il montre que sans le symptôme No: 5, à savoir, amél. gle. par la chaleur, Sepia persiste quand même.

J’avais considéré ce symptôme général éliminateur comme essentiel pour le cas.

En fait, il était seulement contingent. Les 4 modalités d’intolérances étaient nécessaires et suffisants pour affirmer Sepia.

Comme le Bryonia de Nash, mes 4 Intolérances désignaient impérativement Sepia.

J’avais appelé « Abstraction Homéopathique » ces curieuses constatations.


Tags: , , ,

6 réponses à “Une Robuste Intolérante” Subscribe

  1. sagne 14/11/2010 at 11:30 #

    L’aggravation à la consolation! Quel symptôme déconcertant voire irritant pour les proches!
    Je comprends qu’il intéresse les homéopathes. Est-ce un symptôme fréquent ?

    La difficulté remarquable c’est que Mélanie (je n’ai pas de répertoire papier) donne plusieurs médicaments pour ce symptôme.

    A l’inverse l’amélioration par la consolation, beaucoup plus banale correspond toujours selon Mélanie à Pulsatilla évidemment et Phosphorus, soit deux remèdes.

    Il y a me semble t-il comme une contradiction apparente pour le novice que je suis.

    J’imagine donc qu’il faut retenir l’amélioration par la consolation comme symptôme valable uniquement quand ce phénomène est vraiment marquée et évidente.

    Xavier Sagne

    Xavier Sagne

  2. Georges 14/11/2010 at 12:07 #

    Bonne remarque, Monsieur Xavier Sagne,
    En effet, l’intolérance à la consolation est difficile à apprécier.
    En fait, il s’agit de la réaction primaire à la consolation, le premier jet si je puis dire.
    Ensuite, si l’on insiste, il est normal d’être amélioré par la consolation.
    C’est humain d’être amélioré ou rechercher la consolation d’une personne chère.
    Ceux qui ne repoussent toujours la consolation sont sans doute très rare.
    De toutes façons, j’ai toujours émis des réserves pour les symptômes mentaux.
    Ils prêtent à la discussion.
    Les symptômes généraux sont plus fiables et plus valables pour moi.
    L’intolérance aux vêtements serrés est constatable objectivement.
    Amitiés
    G. Broussalian

  3. Didier 15/11/2010 at 10:57 #

    La chute de l’homéopathie devient internationale – Charlatans Info

    La liberté de choix qui se réduit de est bien plus inquiétant que les faiblesses du ou des répertoires. De toutes façons, vous démontrez amplement que Sepia ressortait sans recourir aux symptômes mentaux.

    • Edouard Broussalian 21/11/2010 at 06:03 #

      Oui d’une part cette décadence est générale dans tous les domaines, la médecine classique n’est pas épargnée. D’autre part l’industrie ne cessera pas de mettre la pression pour établir la prescription officielle obligatoire. Cela rejoint les intérêts des assureurs. Dans leur monde de folie, ils pensent établir une case pour chaque pathologie et en face le traitement obligatoire seul autorisé et remboursé.
      C’est évidemment le chant du cygne de toute une civilisation qui s’écroule, étant depuis longtemps retournée au paganisme et au matérialisme le plus bas.

  4. Georges 15/11/2010 at 14:38 #

    Oui, Didier, juste remarque.
    En effet dans ce cas, il s’agit d’une robuste carbonique qui n’évoque absolument pas l’image mentale caricaturale et galvaudée de Madame Sepia.
    J’ai toujours tenté de valoriser des symptômes fonctionnels objectifs.
    Si vous préférez, j’aime la clinique pratique quotidienne pour un praticien.
    J’estime que le devoir du médecin est de soigner des angines, des verrues, des rhumes, des eczémas. Bref, de la pathologie journalière.
    Rechercher des symptômes mentaux alambiqués et discutables pour singer la psychiatrie, me conduisirent souvent à des échecs.
    Comme le Bryonia de Nash, la robuste de Sepia sont des abstractions qui déterminent le bon remède. C’est celui guérit car il obéit strictement à la similitude.

    • Edouard Broussalian 21/11/2010 at 06:11 #

      Observation remarquable et salutaire qui nous ré-ancre dans le domaine médical.
      Comme Hering l’avait prédit, l’homéopathie fera faillite le jour où elle s’écartera du champ purement inductif. Je suis hérissé de lire les programmes des congrès d’homéopathie que je ne fréquente plus. J’ai même entendu dire que beaucoup de membres de l’audience d’un célèbre congrès Belge s’étaient plaint que cela devenait « trop scientifique ». Alors il ne faut plus s’étonner en effet de voir rappliquer les gars avec les pendules, les antennes et tout le toutim.
      Cela fait maintenant presque 15 ans que nous gardons le cap de la rigueur sur Planète Homéo, et ça chaud au coeur de recevoir des courriers de jeunes confrères qui se mettent à apprendre l’homéopathie correcte grâce à nos petits articles!
      Tout espoir n’est pas perdu, l’aube n’est jamais aussi proche que lorsque la nuit semble la plus profonde.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.