M3T17 : LES SEMBLABLES – Théorie substitutive 05/12/2012

Paragraphe 25 à 30 de l’Organon

L’homéopathie repose sur les lois naturelles déduites de la seule observation. Elle ne repose sur aucune hypothèse ou spéculation creuse. Hahnemann a fondé l’homéopathie, non sur la physique ou la chimie, mais sur les lois universelles de la vie et du mouvement.
La loi de similitude permet d’observer que le remède curateur guérit le malade mais en aucun cas de comprendre pourquoi le remède guérit.
A ce jour, personne n’est en mesure d’expliquer pourquoi la loi des semblables permet la guérison des malades mais parallèlement, personne n’est en mesure non plus de réfuter cette loi.
L’étudiant doit être conscient que le rôle d’un homéopathe n’est pas d’expliquer les lois de l’homéopathie, ce qui se passe dans la guérison, mais de guérir.
Voici la définition que le Fondateur nous donne de l’homéopathie : « Dans l’organisme vivant, une affection dynamique plus faible est éteinte de manière durable par une plus forte si celle-ci (différente d’espèce) lui ressemble beaucoup dans sa manifestation »

Il faut donc respecter 3 lois pour obtenir une guérison :
– La maladie artificielle (le médicament homéopathique) doit être semblable à la maladie naturelle
– La maladie artificielle doit être plus puissante que la maladie naturelle
– La maladie artificielle doit être différence en genre (ou en espèce) de la maladie naturelle

Ces 3 lois amènent inévitablement 3 questions pour lesquelles l’étudiant trouvera les réponses dans ce cours :
1) Que doit-on entendre par « semblable » ?
2) En quoi et comment la maladie doit être « plus forte » ?
3) En quoi la maladie artificielle doit-elle être « différente » en genre ?

Tags: , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.