M10T66 – Aggravation homéopathique (c)

M10T66 – Aggravation homéopathique 3

Les règles à suivre pour limiter le plus possible l’aggravation sont : choisir le meilleur remède possible, donner tout d’abord en dose minime puis l’augmenter progressivement, et varier la dynamisation à chaque prise par des succussions, permettant de répéter le médicament à intervalles rapprochés. La seule aggravation que nous verrons si nous respectons ces règles sera l’aggravation dite tardive, que nous discuterons en détail par la suite. Une autre grande règle à suivre est qu’il ne faut jamais prescrire sur un tableau qui n’est pas fixé, qui est encore en pleine réaction à la suite d’une prise. De même, l’aggravation dissimilaire nous indique que le remède a été mal choisi et il faut cesser toute prise. Enfin, au cas où l’aggravation initiale serait trop vive et non supportable par le patient, prescrire du placebo, faire une friction du remède ou le prescrire en 6CH sont des astuces qui peuvent permettre soit de gagner du temps, soit d’antidoter l’action du médicament.

Tags: , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.