Les caractéristiques de Gelsemium

Gelsemium Sempervirens

Gelsemium Sempervirens

Il est temps maintenant de rassembler les caractéristiques de Gelsemium qui nous le font prescrire dans les situations aiguës (fièvre, inflammation) ou chroniques (suites de frayeur, paralysies).

1- Etiologie. Gelsemium présente un état de grande sensibilité nerveuse, il répond aux états qui se développent après une émotion soudaine, des mauvaises nouvelles ou une frayeur.
L’anticipation provoque de la diarrhée (Arg-n), de la céphalée, etc.
Gelsemium est le médicament classique des suites de peur quand on ressent les jambes coupées. Comme d’habitude, qui dit hypersensibilité dit aussi paralysie et manque de réaction, c’est pourquoi, comme dans Opium par exemple, nous avons aussi les paralysies dans Gelsemium.

2- Paralysie et tremblements. Pensez à Gelsemium lorsque le patient commence dès le début de sa maladie à présenter de la faiblesse musculaire ou des tremblotements. A part Mercurius vivus, peu d’autres médicaments sont alors à évoquer.
Les paupières tombent, il y a une prostration de tout le système musculaire. Les muscles n’obéissent pas à la volonté, les membres semblent très lourds, une dysphagie apparaît rapidement, de l’aphonie, etc.

3- Développement progressif des symptômes. Tout comme Bryonia, Gelsemium développe tranquillement son tableau. Il n’est pas adapté aux fièvres intenses qui surviennent en quelques heures. Sur le plan climatique c’est toujours un froid relativement modéré ou la chaleur humide qui l’appelle.

4- Somnolence, hébétude. Le patient Gelsemium est tout ralenti, il semble somnolent. Ce n’est pas au point de l’état toxique de Baptisia, mais bien une sorte de prostration. Bryonia quant à lui se situe entre Baptisia et Gelsemium.

5- Vertige avec vision trouble, voire diplopie et les pupilles dilatées.

6- Céphalée avec congestion passive. La douleur  commence à la nuque pour s’installer sur les yeux. Ceci rappelle Spigelia, dont la céphalée affecte l’œil gauche. Le patient est complètement stupide, ne peut guère réfléchir. La congestion explique les modalités : < tête basse, > la tête surélevée, < par la chaleur ou l’effort mental.
Une modalité caractéristique : > par la miction abondante.

7- Frisson nerveux. Contrairement aux autres médicaments qui frissonnent parce qu’ils ressentent le froid, Gelsemium présente ce frisson nerveux qui monte et descend le long du dos, comme des vagues depuis le sacrum à l’occiput. Le frisson commence aussi entre les omoplates.

8-  Fièvres inflammatoires, grippes, etc. Gelsemium est un médicament de routine, avec les caractéristiques que nous venons d’énoncer avec en plus

–  la congestion du visage, qui prend une couleur rouge foncée,

–   le sang monte à la tête, avec les extrémités froides (Bell.)

–   les paupières chutent et toujours dans le registre parétique pensez à Gelsemium lorsque vous avez une paralysie ou une faiblesse des sphincters.

–   et très tôt il y a des troubles sensoriels, ou du délire avec une lenteur d’esprit importante.

–   le pouls lent, mais qui s’accélère au moindre mouvement : c’est l’empreinte paralytique du médicament sur le muscle cardiaque, qui explique la fameuse sensation « doit bouger de peur que le cœur s’arrête ». Gelsemium est très utile dans la bradycardie des personnes âgées. Dr Kinra dans Materia Medica of Students.

9- Désire qu’on le laisse tranquille. Le patient se sent tout simplement trop faible pour bouger, il est complètement sonné et le moindre mouvement demande un effort de concentration. Bryonia ici est très proche avec la même aversion pour le mouvement, et le désir qu’on lui fiche la paix. Tout d’abord Bryonia est énervé qu’on le dérange, ce qui n’est pas le cas dans Gelsemium, d’autre part le mouvement provoque une aggravation de toutes les douleurs. Parfois on trouve des cas de Bryonia où le patient a le besoin de bouger à cause de la souffrance, mais dans ce cas il faut faire préciser si la douleur est mieux en bougeant : dans Bryonia il n’y a pas d’amélioration par le fait de bouger, comme c’est le cas dans Rhus tox.

10- Le patient n’a pas soif. C’est l’état courant dans les affections fébriles qui demandent Gelsemium. Occasionnellement, on peut rencontrer un patient qui aura très soif, mais le cas typique n’a pas soif du tout.
Ils n’ont presque jamais d’appétit, ils ne veulent rien du tout, très souvent ils se plaignent d’une sensation de vide horrible dans la région de la poitrine, souvent près du cœur. Cela s’étend parfois jusque dans la région épigastrique, que les patients décrivent comme une sensation de vide, mais sans que cela soit vraiment une sensation de faim, ni associé à un désir de nourriture.

11- Bougeotte. Dans la plupart des cas de Gelsemium, vous aurez des courbatures et de fortes myalgies mais les patients ont en général besoin de bouger à cause des douleurs. Dans certains cas, vous rencontrerez le signe classique : besoin de bouger de crainte que le cœur ne s’arrête, soit juste de contraire de Digitalis qui a l’impression que le cœur stoppe quand il commence à bouger.

12- Les enfants ont une peur constante de tomber. Ils s’agrippent à leur mère, ou s’accrochent à leur lit. Pensez à Gelsemium si la mère a connu une peur durant la grossesse.

Indications courantes

Grippe

Gelsemium rime avec grippe, il est l’un des plus grands médicaments de cette affection. Gelsemium sera indiqué comme préventif dans le contexte d’une épidémie, il sera bien entendu curatif, les grippes étant enrayées en 24 à 48 h maximum, et pensez surtout à Gelsemium dans les suites de grippes quand il reste la faiblesse, etc.

Paralysies

Dans les paralysies, il possède un champ d’action incroyable. Il affecte les nerfs moteurs, et spécialement les muscles oculomoteurs (diplopie), la gorge, la langue (élocution empâtée), le thorax (faiblesse du muscle cardiaque), le larynx, les sphincters et les membres (lourdeur). Pensez y aussi quand il y a un état de relâchement des organes génitaux masculins.

Il y a la prostration, la grande faiblesse, la grande keynote est la trémulation. Autre signe caractéristique : les muscles n’obéissent pas à la volonté.

Coryza

Coryza, je ne répète pas ici les signes de la grippe pour me concentrer sur les symptômes du nez. L’écoulement est excoriant et les narines sont très vite à vif. En général cela débute par temps froid et humide ou lorsqu’il y a eu un excès de chaleur. Les signes commencent le matin. Ceci s’accompagne d’un mal de gorge avec une toux sèche pénible et très peu d’expectoration. Rengaine de Gelsemium : la bouche est sèche, et il y a une prostration générale.

Fièvre

Gelsemium est adapté a de nombreux types de fièvre : rémittente, intermittente, bilieuse (les patients ont souvent un teint jaunâtre), ou éruptives. C’est dire son vaste champ d’application.

Fièvre rémittente

En général Gelsemium est associé au temps trop chaud en été, ou à un froid modéré en hiver. On aura les concomitants habituels de Gelsemium :

  • Agitation nerveuse, le patient bouge sans arrêt
  • Somnolence avec le visage rouge foncé
  • Grande prostration et courbatures généralisées
  • Lourdeur des paupières qui sont souvent rouges et irritées, avec difficulté à les soulever
  • Etat délirants, avec difficulté d’élocution. Le patient répond lentement aux questions
  • Pouls lent mais plein et bondissant
  • Trémulations, tremblements
  • Peu de sueur, ou du moins sueur localisée
  • Lourdeur des membres
  • Absence de soif, muqueuses sèches
  • Aversion pour bouger, le patient veut rester immobile
Stades de la fièvre

Le frisson est caractérisé par ce frisson nerveux qui court dans le dos, du sacrum à l’occiput. Dans les fièvres intermittentes, le frisson est si violent que le patient demande à être maintenu. Il faut voir alors comment Gelsemium règle l’accès palustre, c’est assez incroyable de voir un malade récupérer en si peu de temps.

La poussée thermique : le signe frappant ici est l’absence de soif avec une sensation intense de brûlure. Le patient est complètement épuisé, dans un état stuporeux.

La transpiration est très peu importante, ce qui contraste ici avec Bryonia où le patient est couvert de sueur très chaude.

Fièvres éruptives des enfants

Ici on aura très peu de symptômes, il faudra penser à Gelsemium, qui est l’un de nos grands médicaments fébriles. L’enfant présente un coryza qui excorie le nez et la lèvre supérieure. Il y a de l’enrouement avec la toux. Souvent l’enfant est très agité, et a besoin d’être couvert.

Génitaux masculins

Gelsemium est un médicament de prescription courante lors de difficultés érectiles qui s’aggravent souvent d’une anticipation de performance. C’est l’un des grands médicaments d’impuissance. Le patient semble si épuisé sexuellement qu’aucun stimulus ne semble capable de l’exciter. Localement, il n’y a pas d’érection ni de rêves mais des pollutions nocturnes, et une sorte de transpiration froide du scrotum.

Génitaux féminins

S’il est un médicament à avoir près de soi lors d’un accouchement c’est bien Gelsemium. Il est prévisible qu’une femme qui va accoucher pour la première fois soit pleine d’anticipation, la plupart du temps d’ailleurs aucune ne vous dira qu’elle avait le trac. Mais en salle de travail, vous constatez que le col est très rigide, ou bien tout mou, qu’il ne s’efface pas et qu’il y a de plus en plus de douleurs dans le dos, qui remontent le long du dos. Alors vous dites : « mais je ne savais pas que vous aviez autant de crainte de l’idée d’accoucher ? » La réponse sera alors « Je pensais l’avoir surmontée, je panique complètement ». Ces patientes sont très hypersensibles et nerveuses, certaines décrivent une douleur qui va à la gorge et les étrangle. Ceci n’est pas sans rappeler Ignatia.

A propos d’hypersensibilité, Gelsemium est très excitée sexuellement, tout comme Nux-vomica, « désir violent qui la pousse à se masturber » est la keynote classique. Ceci se voit dans les états d’irritation des ovaires.

A noter que ce groupe Ignatia, Nux-vomica, Gelsemium est cité par Kent au troisième degré dans la rubrique hystérie, cela signe bien le degré d’hypersensibilité nerveuse de ces loganiacées.

Modalités

Je fais classique en vous citant pour finir quelques modalités générales.

Amélioration :

–       par la miction abondante (rare mais caractéristique)

–       en restant allongé immobile

Aggravation :

–       par temps humide, le genre chaleur étouffante et humide convient particulièrement à Gels

–       avant l’orage

–       par les rapports sexuels (épuisement, impuissance, etc.)

–       par les émotions

–       par les mauvaises nouvelles

–       en pensant à ses douleurs

Gelsemium est bien suivi par Baptisia, Cactus, Ipeca.

Quizz de Gelsemium

-Où trouvons-nous les notes originales du proving de ce remède ?

Les nouveaux remèdes de Hale. La monographie du club de Hughe contient une étude complète de celui-ci. N. A. Journal of Homeopathy, vol III.

-Qu’est ce que Gelsemium ?

C’est le jasmin jaune ou de Caroline, une belle fleur du Sud.

-Quelle est la partie utilisée ?

La racine fraîche dont le diamètre n’est pas plus large que la hampe d’une plume d’oie

-Décrire le procédé de fabrication de la teinture.

Hacher et broyer la racine fraîche jusqu’à obtenir une fine pulpe et peser. Ajouter graduellement en poids 2 parts d’alcool pour chaque part de pulpe. Mélanger soigneusement, conserver dans une bouteille bien bouchée et laisser dans un endroit sombre et frais pendant 8 jours, en le secouant tous les jours. Laisser décanter, égoutter et filtrer. La dilution de la drogue (drug power ?) est de 1/6. La teinture est claire, d’une couleur légèrement brun-orangé, d’une agréable amertume au goût et la réaction est légèrement acide.

-Quelle est l’action physiologique générale de la drogue ?

Gelsemium centre son action sur le système nerveux, en produisant des degrés variables de paralysie motrice, et plus tard, une altération du système sensoriel également ; un état de nervosité, de dépression ; la langueur et la stupeur sont caractéristique du remède. Ce remède ralentit également l’action du cœur et des poumons.

-Donner 5 grandes caractéristiques de l’action de Gelsemium.

  1. Ralentissement, apathie et stupidité de l’esprit
  2. Grande faiblesse, relâchement musculaire et douleurs de localisation profonde
  3. Paralysie des muscles oculaires
  4. Fièvre continue, sans soif
  5. Affections suite de troubles émotionnels.

-Comment Gelsemium dilate la pupille ?

En paralysant le 3ème nerf, qui innerve les fibres circulaires ou sphincter de l’iris, il n’y a plus de possibilité de résistance à l’action des fibres radiales ou radiées et la pupille se dilate.

-Comment Belladonna dilate la pupille ?

En stimulant le système sympathique, qui innerve les fibres radiantes de l’iris, ce qui déborde le système d’action des fibres circulaires du sphincter.

-Dans quelles conditions Physostigma va contracter la pupille ?

Comme cette drogue contracte la pupille en stimulant le 3ème nerf, il contractera seulement la pupille dilatée par Belladonna, mais pas celle dilatée par l’action de Gelsemium.

-Quels sont les autres symptômes paralytiques de Gelsemium ?

Il produit des symptômes paralytiques, comme la diplopie ou la vision double à cause d’une parésie du muscle oculaire. Ptosis et strabisme ; tout provient de son action sur le 3ème nerf. Paralysie de la langue avec l’élocution empâtée, aphonie et enrouement.

-Quel médicament est utile pour le ptosis dans les affections catarrhales de l’œil ?

Rhus tox

-Quel est l’état mental de Gelsemium ?

Ralenti, stupide et apathique ; affections, diarrhées, etc…, suite d’effervescence émotionnelle, telles que mauvaises nouvelles, peur, chagrin, etc…

-A quoi ressemble le mal de tête de Gelsemium ?

Ralentissement, douleur pesante  avec lourdeur des paupières. Il commence dans la nuque, franchit la tête et se fixe dans l’œil ; aggravé le matin ; le patient est apathique et stupide, la face rouge sombre, il semble comme ivre, il y a aussi la sensation d’une bande autour de la tête.

-Citez d’autres remèdes qui ont ce dernier symptôme.

Iodum, Mercurius, Carbolic acid et Sulphur. [Et aussi Nit-ac. EB]

-Quelles sont les indications de Gelsemium dans le rhume et le catarrhe ?

Premier stade du catarrhe, quand il y a une plénitude de la tête, fièvre et frisson ; le frisson monte et descend dans le dos, le patient a tendance à se rapprocher du feu; il existe un écoulement nasal excoriant et aqueux, avec des éternuements ; il existe une prédisposition à prendre froid au moindre changement de temps, surtout si le temps devient chaud et lourd.

-Quelles sont les indications de Gelsemium dans la grippe ?

Il est presque spécifique des cas débutants avec de la fièvre. Douleurs musculaires. Léthargie mentale, le visage est rouge sombre et complète apathie avec faiblesse physique. Les yeux sont ternes, les paupières lourdes.

-Que penser de l’aspirine, ce remède populaire ?

Probablement 90 % de tous les décès suite de grippe sont dûs à ce dangereux médicament. Il dévitalise le sang, affaiblit énormément le cœur comme le montrent les lèvres cyanosées et prive le patient de l’assistance de l’unique organe qui peut le sortir d’affaire. Elle conduit presque inévitablement à des complications pneumoniques.

-Quels sont les symptômes de la gorge ?

Aphonie suite de parésie musculaire, douleurs de la gorge comme si elle était à vif, écorchée, accompagnant des symptômes nasaux ; douleurs irradiant dans les oreilles ; aggravé sur le côté droit, paralysie post diphtérique.

-Quels sont les symptômes respiratoires et cardiaques caractéristiques ?

Il existe une sensation comme si le cœur allait s’arrêter de battre en s’endormant, obligeant le patient à bouger pour stimuler l’action cardiaque.

-Comment est la diarrhée ?

Diarrhée soudaine, copieuse, jaune, couleur crème ou pâteuse, suite de peur ou de frayeur ou de toute autre émotion forte ; langue blanchâtre ou jaunâtre.

-Quels autres remèdes ont une diarrhée suite de peur ?

Opium, verat, arg-n, surtout en chronique et puls.

-Quels sont les symptômes des organes génitaux masculins dans Gelsemium ?

Epuisement et relâchement des organes génitaux, froideur, spermatorrhée sans érections, impuissance, émissions involontaires suite de masturbation, gonorrhées débutantes, avec sensation de contusion marquée au  niveau de l’orifice urétral, écoulement rare, petite douleur mais sensation de forte chaleur

-Quel est l’équivalent féminin ?

Sensation comme si l’utérus était pressé par une main ; dysménorrhée névralgique, avec écoulement peu abondant : aphonie et angine durant les règles.

-Quelle est la principale indication de Gelsemium durant le travail de l’accouchement ?

Rigidité du col de l’utérus car le travail est lent, l’utérus est mou et flasque, il ne se contracte pas ni ne parvient à expulser, la patiente est somnolente, état qui risque de tourner rapidement en convulsions puerpérales.

-Citer quelques uns des désordres neurologiques de Gelsemium ?

Perte de force dans le contrôle musculaire, crampes dans les muscles des avant-bras ; névroses professionnelles, comme la crampe de l’écrivain, la crampe du violoniste, etc… Tremblement excessif de tous les membres, avec ptosis et autres paralysies.

-Qu’est ce qui caractérise les fièvres de Gelsemium ?

Les 5 D : Lintraduisible en français… Drowsiness, Dulness, Dizziness, Diplopia, Downward tendency

Somnolence, lourdeur, état vertigineux, diplopie et tout va vers le bas ; courbatures avec absence de soif ; grande prostration et récurrence des symptômes.

-Que peut-on ajouter comme caractéristique de la fièvre intermittente ?

Le frisson remonte dans le dos ; il y a aussi des courbatures partout sur le corps, le patient veut être tenu pour ne pas trop être secoué ; le bruit et la lumière sont intolérables ; transpiration partielle, mais elle soulage toutes les douleurs, l’émission d’urine abondante soulage.

-Quel est son intérêt dans la fièvre typhoïde ?

Sensations douloureuses, de courbatures sur l’ensemble du corps ; premiers stades, peur de bouger, visage somnolent et rouge.

-Quelles sont ses indications dans la rougeole?

Symptômes catarrhaux, grande prostration, stupeur et absence de soif ; prurit et rougeur de la peau.

-Quelles sont les caractéristiques de la douleur dans Gelsemium ?

Douleurs musculaires profondes et douleurs stupéfiantes.

 

Début de l’article sur les loganiacées.

 

Vous pouvez également consulter les vidéos des remèdes homéopathiques :

Spigelia I

Ignatia II

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.