Par E.W. BERRIDGE M.D

Traduction Catherine Mayer

De temps à autres, des travaux sont publiés par la presse homéopathique et se perdent après une courte période. Soit parce que les circonstances particulières qui les appelaient ne sont plus, soit que la partie intelligente de la profession et du public a découvert que leur homéopathicité était limitée au titre du livre. Suite à cela, ils tombent tôt ou tard dans l’oubli. Néanmoins, dans ces volumes oubliés, on trouve occasionnellement, un ou deux très bons cas cliniques ou expérimentations de remède qui ne doivent pas être perdus. Nous avons donc, comme l’indique le titre, recueilli tout ce qui pourrait enrichir notre matière médicale.

I. L’HOMOEOPATHIE REPRESENTEE DE MANIERE EQUITABLE

Par William Henderson, M.D 2nd edition 1853

Recueil de la sève en vue de la production de thérébenthine.

Recueil de la sève en vue de la production de thérébenthine.

Cas 1. Dame atteinte d’hématurie à un degré remarquable depuis 4 jours. Il lui a été prescrit 1/12 gouttes d’essence de térébenthine toutes les quatre heures. Après 24 heures, l’apparence sanguine avait presque disparu. A présent, irritabilité de la vessie, douleur dans la région rénale et élancements des reins vers les membres inférieurs. Plusieurs semaines plus tard, retour important des symptômes du à un écart de régime. 1/100 gouttes d’essence de térébenthine toutes les quelques heures. Il fallut cinq jours pour anéantir l’état morbide, sans conséquences douloureuses. (p.239)

Cas 2. Dame d’un âge moyen, qui prend une demi goutte de Nux-vomica 8, deux fois par jour, pour une constipation chronique. Peu après avoir commencé le traitement, elle se sentit très faible et somnolente toute la journée. Céphalée frontale, reptation ou chatouillements ressentis dans els membres inférieurs. Froideur intense des pieds, sensation de froid dans la poitrine et épuisement important. Elle continua la prise du remède pendant quatre jours, puis ses symptômes sont devenus si alarmants qu’elle appela un autre médecin qui déclara qu’elle souffrait d’une intoxication à la strychnine. (pp.239-40.)

Cas 3. Une dame âgée prend Mercurius solubilis 6 toutes les 4 heures pour une tuméfaction située sur le nez. En deux jours, la bouche était affectée et une instance bien marquée de stomatite mercurielle. .Accompagnée de déchaussement des dents, marge des gencives violettes, salivation et odeur fétide comme je n’en avait encore jamais été témoin. Elle avait eu de la salivation auparavant, à la 6 ème dynamisation (p.240)

Cas 4. Monsieur de 75 ans, affligé depuis quelques années, d’éruptions squameuses sur les jambes, sur une coloration rouge foncée, noirâtre de la peau. Cela s’est amélioré, mais n’a jamais disparu. Pendant 5 mois, il était en piteux état et Sepia 30 lui fit prescrit. Après la première prise, il fut affecté au cours de sa journée par un tel sentiment d’épuisement qu’il était incapable de toute activité, jusqu’à alarmer sa famille qui lui donna des stimulants et stoppa le remède.Au bout d’une semaine, une sensible modification était observable sur les membres. En un mois, la rougeur avait disparu et rien ne restait visible de l’éruption qu’une desquamation blanche furfuracée, qui elle aussi disparut graduellement. 4 ans après, on se rend compte que la peau est restée intacte. Ce sentiment de prostration est souvent observé lorsque les médicaments conviennent à la maladie pour laquelle ils sont prescrits. Rien ne m’a plus surpris, lors de mes premières expérimentations que le degré qu’atteignent les remèdes.

Cas 5. Il y a peu de temps de cela, un homme qui prenait de l’essence de térébenthine en dose allopathique pour une sciatique rhumatoïde, était maintenant souffrant d’une iritis, je pense le plus probablement consécutivement à la prise de la Térébentine. (p.248.)

(NOTES- Nous considérons grandement cette dernière observation. Nous retenons que chaque fois qu’un allopathe effectue une guérison brillante, complète et permanente d’une maladie sévère, c’est quand il a utilisé un remède homéopathique déguisé souvent sous le nom de « spécifique ». Pendant une longue période, le Chlorate de Potassium a été utilisé comme spécifique dans certaines formes de stomatites. Les allopathes se sont rendu compte par eux même et ont plus tard déclaré qu’elle cause la stomatite. la Térébenthine a longtemps été utilisée par les allopathes comme spécifique dans l’iritis, qui guérit lorsque Mercurius échoue. Nous en comprenons à présent la raison. Il n’est spécifique qu’à certaines formes. Une expérimentation de ce remède précieux nous montrera sans doutes, dans quels cas particuliers d’iritis il doit être administré en suivant les symptômes de chaque cas individuel.)

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.