Enseignement homéopathique : les venins de serpent – Edouard Broussalian

Les venins de serpents: règles de prescription à partir d’une tentative de synthèse

Par Edouard Broussalian

Mise à jour Août 2007

Portrait robot du venin

C’est en me rappelant comment notre professeur d’anatomie nous avait fait le dessin d’une vertèbre hypothétique pour nous faire comprendre l’adaptation de chacune au niveau cervical, dorsal et lombaire que j’ai commencé à raisonner de la sorte pour les venins de serpents dont la proximité chimique ne saurait être mise en doute.

Mon idée à consisté à me demander si l’on pouvait établir une série de signes et de syptômes propres à tous les médicaments issus de venis de serpents. J’ai imité en cela la démarche homéopathique lors d’une maladie épidémique. A ce moment là en effet, on « additionne » les signes que présentent plusieurs cas différents qui expriment chacun incomplètement l’épidémie et on obtient de la sort l’image du remède de la circonstance épidémique.

Il était donc logique d’inférer au vu de leur proximité chimique, que les remèdes « venins de serpents » puissent présenter des signes communs, et même une idée générale commune, sorte d’illusion fondamentale qui ferait que tel patient puisse y être adapté.

Ainsi que l’écrit Pascal, c’est finalement la question que l’on se pose qui donne la méthode à suivre pour la résoudre -la méthode est dépendante de la question-, et non comme le pensait Descartes qu’il existe une méthode unique…

Série luétique

Comme préalable à cette démarche nous disposons de quelques données générales:

  • On sent chez tous
    ces gens une colère sous jacente, une facilité à s’enflammer
  • Mercurius, Hepar et Nit-ac
    sont le trio le plus proche, ils complètent souvent l’action des venins
  • Lycopodium est très voisin,
    « comme la terre et la lune » disent les anciens avec raison.

Quelle représentation de l’existence peut pousser les gens à ressentir une telle colère? Voilà l’une des premières questions qui vient à l’esprit.

Lachesis: notre modèle de départ

Il est pratiquement le seul remède de la série dont la pathogénésie soit complète et fiable, il m’a donc servi de point de départ.

C’est en comparant de près
chaque venin avec le grand Lachesis que j’ai dégagé le syndrome minimal appelant un venin. Si l’on pose comme hypothèse que d’autres venins peuvent partager des signes communs avec Lachesis, alors il est probable que certaines rubriques qui contiennent Lachesis puissent aussi contenir d’autres venins.

L’illusion fondamentale

Je partage avec Sankaran
l’idée que toute maladie n’est au départ qu’une perception erronée de la
réalité. Si un remède homéopathique est capable de guérir, c’est uniquement parce qu’il est capable de susciter une illusion, un mirage mental, ressemblant à celui que présente le patient. Je ne dis pas ici que la maladie est une illusion. Non, c’est notre interprétation erronnée de ce qui nous entoure qui finit par conduire à la maladie. C’est comme si avec les ans qui passent il fallait de plus en plus d’énergie pour faire cadrer ce qu’on ressent avec la réalité, ou plutôt la réalité avec ce que l’on ressent.

Ceci explique dans une large mesure que nous soyons capables de nous mettre dans des situations qui ne sont que le reflet exact de ce que nous sentons en nous. Si l’on s’estime de peu de valeur, on s’entoure de gens et de faits qui viendront valider cette sensation ou illusion. Si l’on a peur de la trahison ou qu’on la sente comme inévitable, il ya fort à parier que l’on choisisse de se lier avec des personnes qui le moment venu viendront réaliser cette illusion.

Plus on étudie l’homéopathie et moins on peut rester matérialiste… C’est tous les jours qu’on constate l’action de doses dynamisées, qui nous rappellent une vision vitaliste de la médecine. Ainsi, un évènement extérieur, choc mental ou même physique, sera capable de laisser une empreinte immatérielle dans l’organisme. Dans de nombreux cas, on verra ainsi une situation traumatisante (peur, chagrin, etc.) laisser son empreinte sur la dynamis et le sujet se comportera comme si le facteur agresseur était toujours présent.

Après avoir méticuleusement relu des centaines de cas de Lachesis, et au risque d’enfoncer des portes ouvertes si d’autres auteurs ont déjà pu le dire auparavant, un sentiment dominant apparaît, d’où peut découler la totalité du comportement et des symptômes que j’appelle adaptatifs.

L’abandon, étiologie commune aux venins

Jusqu’à présent la quasi totalité des cas relevant d’un venin de serpent que j’ai eu à traiter présentent cette causalité dans leur anamnèse. Nous pouvons aussi bien lire la rubrique comme « sentiment d’abandon » que comme « suite » d’abandon

ABANDON, sentiment d’ (Voir Illusions-Seule-Toujours): alum., arg-n.1, aur., bar-c., calc., camph., cann-i., carb-an., carb-v., chin., cycl., hura., hyos.1 », kali-br.1, kali-c., lac-d., lach., lact., lam., lil-t., lith., lyss., mag-c.7, mag-m., mag-aust., meny.3 »+7, merc.5, nat-c., pall., plat., psor., puls., rhus-t., sec.3 »+7, stram., valer., verat.

Partant de cette seule contatation clinique, j’ai cherché à voir si on pouvait étayer les autres signes rencontrés chez Lachesis et éventuellement les autres venins.

C’est, je l’avoue, une manie chez moi que de chercher encore et toujours une cohérence aux signes. Chaque fois que l’on prescrit un médicament, il faut que l’ensemble des signes soit cohérent avec un tableau clinique. Ici, j’ai cherché de la même manière, à m’assurer que si l’hypothèse de départ était bonne, le reste s’incrive ensuite en toute logique.

Signes adaptatifs face à l’abandon

Diagramme des venins de serpent en homéopathie :

venins-serpents

Sans perdre de vue une seconde que nous avons affaire à des remèdes d’origine animale où sans doute la compétition et la survie se placent au premier rang, j’ai cru discerner trois grands axes qui rendent compte facilement de l’ensemble des signes retrouvés chez les venins.

Le sentiment de persécution

Est des plus marqués chez Lachesis. A cause de cette méfiance omniprésente (« Docteur qu’est-ce qu’il y a dans votre médicament? ») on craint sans cesse d’être dupé, trahi.

Chez les venins, c’est la relation qu’on craint de perdre car elle a été perdue une première fois. Ainsi l’abandon, ou la perte de la relation génère chez les sujets qui ont besoin d’un venin de serpent toute une série de signes bien caractéristiques, et au premier chef: la jalousie. Nous verrons dans un instant que la jalousie est aussi une façon d’être certain de s’assurer de son territoire: « mon » fils, « mon » enfant, « mon » mari, etc.

Ainsi, l’inconscient de ces patients les pousse à combattre sans cesse le monde de peurs qui est le leur. Certains venins y parviennent bien, comme Lachesis chez lequel on ne pourrait penser à première vue qu’il existe des phobies tant elles sont compensées. D’autres gèrent mal leurs phobies et deviennent plus sociables comme les Crotales ou Naja.

Le contrôle du territoire

C’est ici une notion qui doit être propre à bien des médicaments d’origine animale. Ainsi Sepia sent son territoire sans cesse empiété et cherche à fuir ou à repousser tous ceux qui entrent dans son périmètre et cette façon de comprendre la matière médicale est très fructueuse. On se rend compte que chaque médicament représente une solution particulière à une grande équation générale.

La possession est l’une des façons de constituer son territoire. Nous sommes renvoyés ici à la jalousie, mais la notion de territoire s’épanouit dans bien des domaines plus subtils. Un coup d’oeil à la rubrique « Désire rentrer chez soi » nous éclaire: on y trouve un Lachesis au second degré. A la lumière de ce qui précède, ce signe doit être extrêmement important chez tous les venins de serpents. Important signifie que le symptôme est l’une des caractéristiques fondamentales de la « trame » des venins et qu’il doit être clairement présent chez tous les venins.

Or c’est justement ce que j’ai observé depuis 6 ou 7 ans que j’ai commencé à travailler dans cette voie. Chez un patient que vous soupçonnez de pouvoir être redevable d’un venin de serpent demandez ce que la maison ou leur lieu d’habitation représente pour eux. A cette question, vous devez observer de nombreux signes non verbaux qui montrent l’idée de quelque chose d’agréable, le visage s’éclaire, un sourire satisfait apparaît, certaines fois des gestes comme pour prendre dans les bras sont provoqués. Alors vous entendrez bien souvent la réponse « c’est un cocon », « je m’y sens bien, à l’abri ». On peut insister et demander si c’est important de se sentir bien chez soi, la réponse sera alors « oui, c’est fondamental ».

Il va sans dire qu’avec de tels symptômes que nous venons de décrire, nous avons forcément affaire à une personnalité affirmée. En fait, plus la territorialité est affirmée, plus l’est le caractère. Les venins les plus timides sont aussi ceux chez lesquels la notion de territoire est la moins nette, il existe alors plus de phobies.

Intolérance pour les restrictions

Toute restriction du territoire est perçue comme une menace. L’intolérance pour les vêtements serrés n’est rien d’autre que la correspondance physique de cette mage mentale.

De même la suffucation dans les endroits confinés, etc.

Le tableau commun

Nous allons maintenant étudier les organes affectés électivement par les venins et les symptômes produits à leur niveau. Les signes qui suivent seront bien entendu à moduler en fonction du venin étudié.

Commençons par le psychisme:

Accélération psychique

Précipitation, élocution

Tout est rapide chez les venins de serpents. Physiologiquement déjà il nous est impossible de rivaliser avec un serpent en ce qui concerne la vitesse de la réponse musculaire. Un serpent qui attaque ne laisse aucune marge de réaction à son adversaire.

Un peu de la même façon on observe chez tous les venins une accélération psychique inconcevable, les pensées sont vives, rapides, elles se bousculent les unes les autres. Lachesis représente à cet égard l’un des meilleurs exemples, c’est un remède de routine dans les états maniaques.

Si l’on n’observe pas de véritable accélération psychique, on retrouve toujours le besoin de s’occuper activement, de voir beaucoup demonde. Crotalus horridus est un bon exemple d’individus qui ont besoin d’un travail où ils ont à parler avec de nombreuses personnes, commercer au sens premier du terme.

Les gestes sont vifs, rapides, et précis. Le regard acéré, l’élocution précipitée se retrouve surtout chez Lachesis, en relation directe avec l’afflux de pensées. Ceci est moins net chez les autres venins. Avec Lachesis les idées « bouillonnent » tant que le patient passe d’un sujet à l’autre.

Phénomènes réflexes (cœur, respiration, circulation)

Tous les venins présentent des phénomènes reflexes, le système nerveux est en état permanent d’éveil voir d’excitation (ceci confine d’ailleurs à des états limite de la clairvoyance, ce qui rend aussi compte de la connexion avec la religion).

On trouvera des toux réflexes, notamment dans les affections cardiaques. Des troubles respiratoires, un éréthisme cardio-circulatoire.

Bref, tout se passe comme si ces excès de connexions (pensées, réflexes) venaient compenser la crainte de la perte du lien ou l’abandon.

Sexualité

Tous ces remèdes ont quelque chose de très fort en relation avec la sexualité. D’après Sankaran, c’est une caractéristique des remèdes animaux, je pense pour ma part que chercher d’entrée de jeu devant un cas à établir le règne du remède à prescrire est une pure folie. Pour en revenir aux venins, il es clair chez eux que sexualité rime avec lien, comme il existe un fort besoin d’établir le lien, la relation, la sexualité est très développée.

Émotivité

Rougeurs, bouffées de chaleur, palpitations sont le lot de tous les venins: on déduira de ce qui précède que l’on est en présence de quelqu’un extrêmement émotif.

Mais ce cerveau sans cesse en alerte, va produire aussi toutes sortes d’imaginations:

Imaginations (quelqu’un derrière lui ou à côté) – Phobies (peur des serpents, de la foule, de la solitude, etc.)

Ces pensées sont en relation avec une vision assez paranoïde de l’environnement. Il existe à des degrés divers une certaine méfiance chez la plupart de ces remèdes. L’image produite par l’inconscient d’une présence derrière soi reflète directement la crainte de se voir attaqué par derrière. Ceci rend compte sans doute de la méfiance et de la crainte d’être trahi (le traitre poignarde toujours dans le dos, n’est-ce pas?).

Les nombreuses phobies, sont contrecarrées autant que faire se peut en développant le territoire et les « annexions » (enfants, biens, maison). On trouvera de nombreuses variations avec les différents venins.

Rêves nombreux et très vivaces, cauchemars

C’est la nuit que sortent les démons, à ce moment l’inconscient se manifeste avec toute son énergie et c’est pourquoi le sommeil est toujours très agité, entrecoupé de rêves, de difficultés respiratoires, de palpitations.

Le réveil est un moment difficile pour toutes ces raisons: au contraire du reste de l’humanité, plus un sujet de type venin dort longtemps, plus il se retrouve mal au réveil.

Points d’impact

Les venins ont des points d’action très électifs. Il sera utile de rechercher des signes dans leur sphère d’action:

  • Nerveux: accélération psychique et tout ce qui en découle. Prescrire un venin chez un sujet au psychisme ralenti est une contre indication.
  • Sommeil: toutes sortes de manifestations pendant le sommeil. Insomnies et < après le sommeil ou pendant le sommeil.
  • Cardiaque: palpitations, bouffées de chaleur, flush.
  • Vasculaire: ecchymoses, hémorragies.
  • Respiratoire: respiration spasmée, suffocation.
  • Immunitaire: infections, états septiques – Allergies.
  • Cou: thyroïde, amygdales, constriction.

Autres points importants

  • Unilatéralité des symptômes: on pourra se faire la remarque que chez des êtres qui ont un corps cylindrique, on ne peut pas parler de latéralité… Toujours est-il que les venins affectent très souvent un côté du corps plus qu’un autre. La fameuse latéralité gauche de Lachesis doit être tempérée afin de retenir surtout la notion d’unilatéralité.
  • Constriction insupportable (surtout au niveau du cou). Pensez toujours à vérifier la présence de ce signe qui est un fort signe positif. Bien souvent l’habillement vous rensignera au premier coup d’oeil: col largement dégagé et mouvements respiratoires puissants qui « laissent entendre » qu’il ne faut pas appuyer dessus. La rubrique ci-dessous vous convaincra de l’importance de ce signes chez les remèdes.

VETEMENTS serrés, agg: agar., ambr., aml‑n., apis., arg-n., bell., calc., carb-an.16, caust., cench., chel., crot-c., crot-h., elaps., glon., kali-bi., kali-c., lach., naja., sars.1+7, sep., tarent.

  • Mouvements de la langue: ils sont très fréquents chez Lachesis, la langue sort et rentre rapidement comme chez les serpents. Il est probable que d’autres venins ont ce signe.
  • Bruxisme (Crot-h): ce signe fait partie des signes qui surviennent dans le sommeil. Cliniquement, bien des remèdes de la famille le présentent.
  • Sexualité, magnétisme animal: il est difficile d’exprimer par des mots l’espèce de sensualité que dégagent la plupart des venins. Certaines fois, on a le contraire: par exemple des femmes très peu féminines.
  • Désirs: alcool, chocolat.

 

Lachesis

C’est bien entendu avec Lachesis que l’on confond n’importe lequel des venins qui vont suivre. N’importe quelle rubrique qui contient Lach peut aussi contenir un autre venin. Rappel des points saillants du remède:

Fiche signalétique

Effacé

+

+

+

Autoritaire
Docile /
Compatissant

+

+

+

+

Critiquer
Méticuleux

+

+

+

Désordre

 

Jalousie

+

+

+

Rêves

+

+

Elocution
rapide

+

+

+

Cou

+

+

+

Loquacité

+

+

+

Langue

+

+

+

Phobies

+

+

Portrait minute

Parle beaucoup et très vite, change de sujet, la langue bute souvent sur les dents, ou le malade la sort en parlant.

Le patient dirige l’entretien: il est difficile de pouvoir pose rune question tant le flot est instoppable! Il se méfie de ce que vous lui donnez: « qu’est-ce qu’il y a là dedans? »

< cols serrés, besoin d’air

< endroits surchauffés, besoin d’air, tendance à rougir, palpitations

Respiration spasmodique (Ign), apnée du sommeil

Pathologies ORL, otites, angines répétées

Désir d’alcool, de chocolat

Pieds glacés alors que le reste du corps souffre de la chaleur

 

 

Elaps

Fiche signalétique

Effacé

+

+

+

Autoritaire
Docile /
Compatissant

+

Critiquer
Méticuleux

+

+

+

Désordre

 

Jalousie

+

+

Rêves

+

Elocution
rapide

+

Cou

+

+

+

Loquacité

+

Langue

?

Phobies

+

Diagnostic différentiel

Confusion surtout avec Arsenicum: sujet toujours tiré à quatre épingles, propre et rangé, perfectionniste. Vérifie le soir que les portes sont fermées à clé. Redoute de rester seul

Portrait minute

On se trouve devant un sujet qui évoque irrésistiblement Arsenicum, mais qui présente un caractère bien trop affirmé pour que ce dernier soit indiqué. Le sujet est phobique: peur des serpents, mais surtout de la pluie (peur qu’il arrive une inondation). Et autoritaire, il ne supporte pas les vêtements autour du cou.

Désir de salade, d’oranges, de yaourt.

 

 

Cenchris

Fiche signalétique

Effacé

+

+

+

+

Autoritaire
Docile /
Compatissant

+

Critiquer
Méticuleux

+

+

Désordre

 

Jalousie

+

+

+

Rêves

+

+

+

Elocution
rapide

+

+

+

Cou

+

+

+

Loquacité

+

Langue

+

+

+

Phobies

+

+

Diagnostic différentiel

Confusion avec Sepia: < cou, parle vite, personnalité réservée, mais très efficaces dans leur travail. Femmes hyperactives, souvent peu féminines, cheveux courts, herpès (surtout vulvaire). Troubles gynécologiques (métrorragies)

Confusion avec Natrum muriaticum: désir de sel ou d’aliments salés, introversion, besoin de bouger.

Portrait minute

C’est le plus réservé des venins, tout en étant très actif (on rencontre aussi des sujets déprimés, surtout lors de la grossesse). Le désir de sel est souvent très présent.

Chez la femme, la douleur de l’ovaire droit, < avant les règles, est très caractéristique.

Cenchris est probablement le venin qui a les rêves les plus affreux. Rêves de viol.

Sentiment qu’il y a quelqu’un derrière lui (Crot-c, mais certainement bien d’autres venins).

Très souvent, je l’ai donné à des femmes, j’ignore donc presque tout des signes chez l’homme. L’histoire personnelle est souvent la même: elles ont trouvé un métier très jeunes pour pouvoir assurer leur indépendance et quitter au plus vite le foyer familal (souvent vers 15 ou 16 ans).

Ces femmes ont toujours une volonté extraordinaire dans leur travail où elles aiment relever des défis. Il n’est pas rare de les trouver dans des milieux masculins où elles parviennent à percer, souvent au terme d’une rivalité effrenée avec leurs collègues.

 

Naja

Fiche signalétique

Effacé

+

+

+

Autoritaire
Docile /
Compatissant

+

+

+

Critiquer
Méticuleux Désordre

 

Jalousie

+

+

Rêves

+

+

Elocution
rapide

+

+

Cou

+

Loquacité

+

Langue

+

+

+

Phobies

+

+

+

Diagnostic différentiel

On lui donnerait le paradis sans confession: gentillesse, grande émotivité, larmes faciles, tendance à rougir évoquent infailliblement Pulsatilla.

Sensibilité immense, le moindre rien le jette dans ses phobies: peur dans la rue, d’être suivie, etc.

Portrait minute

Une fois passée la première impression de type Pulsatilla, on remarque les mouvements de la langue et un caractère bien trop affirmé.

C’est le venin qui supporte le mieux la constriction, au point que parfois on ne retrouve même pas d’intolérance pour ce qui serre.

Le cœur est la cible élective du remède: palpitations. Surtout au réveil, et si l’on doit prendre la parole en public (le souffle en est même coupé).

Volontiers une petite toux sèche chronique en rapport avec une irritation du sympathique.

Affections de la thyroïde: Basedow, Hashimoto.

 

Crotalus horridus

Fiche signalétique

Effacé

+

+

Autoritaire
Docile /
Compatissant

+

+

Critiquer
Méticuleux Désordre

 

Jalousie

+

Rêves

+

+

+

Elocution
rapide

+

+

Cou

+

+

+

Loquacité

+

+

Langue

+

Phobies

+

Diagnostic différentiel

C’est le plus social des venins, sa docilité, sa très grande compassion le font beaucoup ressembler à Phosphorus. D’autant qu’ils peuvent avoir peur du tonnerre et de l’orage.

Mais il  a aussi une grande irritabilité (bruxisme++) et révolte (« tout m’agace et tout m’énerve, que se soient mes problèmes ou ceux des palestiniens ») qui peut faire penser à Cicuta, Mercurius.

Portrait minute

Personnalité extrêmement compatissante. Sa sensibilité s’exprime par exemple en lisant un texte émouvant: les larmes peuvent alors monter aux yeux. Ce sont souvent des femmes « bien en chair », qui présentent bien des aspects caractéristiques des venins mais qui sont trop calmes pour des Lachesis.

Supportent très mal d’avoir faim, soulagés en mangeant, d’où le fait que ce sont souvent des gens bien en chair.

Rêves souvent affreux, parfois avec même l’odeur de corps en décomposition.

Migraines, avec vomissements bilieux.

C’est une remède de routine pour toutes affections cutanées suite d’exposition au soleil, des plus bénignes aux plus graves.

 

Crotalus cascavella: Fiche signalétique

Effacé

+

Autoritaire
Docile /
Compatissant

+

Critiquer
Méticuleux

+

+

Désordre

 

Jalousie

+

+

+

Rêves

+

+

Elocution
rapide

+

+

Cou

+

+

+

Loquacité

+

Langue

+

+

+

Phobies

+

+

Diagnostic différentiel

La fixation des pensées sur la mort, la tendance à être perfectionniste au travail, le besoin d’avoir de la présence (en fait, une foule les rassure) le fait confondre avec Arsenicum. En fait ils sont perfectionnistes au travail et peuvent être complètement désordre chez eux. Leur maison est très importante à leurs yeux, ils ont le désir de rentrer chez eux. Cela les rapproche aussi de Baryta carbonica.

Portrait minute

Crot-c est un grand médicament chez des gens qui ont été frappés par un deuil. Ils ont sans arrêt besoin que ça bouge autour d’eux, de voir défiler des gens, cherchant ainsi à s’évader de leurs pensées qui sont continuellement tournées vers la mort. Peur de la mort dès qu’iest seul.

Ils ont de nombreuses peur dont la peur des araignées et de l’obscurité.

Aggravés par le soleil. Désir de chocolat.

Conclusion

David Vincent avait raison:-) ils sont partout. Maintenant nous pouvons les détecter.

Ouvrez les yeux: un mouvement de la langue, une élocution trop rapide, le cou ne supportant pas d’être serré doit vous faire évoquer un venin. Il n’est pas rare d’en prescrire deux ou trois fois par jour.

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.