Des Pouls, Des Points et des Méridiens

Edouard, dans son dernier cours, a effleuré l’étude des Pouls.

Ayant pratiqué pendant 40 ans l’Acupuncture, je voudrais vous donner aussi mon point de vue.

En ce qui concerne la palpation des Pouls radiaux, Edouard  a cité trois niveaux de pression, superficielle, médiane et profonde. Ce qui fait dix huit variétés de Pouls !!!.  Dans ma pratique, j’arrivais, et difficilement, à percevoir deux niveaux de Pouls seulement de chaque côté des mains. Des praticiens plus avertis ont peut être acquis une sensibilité plus affinée que moi par un exercice exclusif et permanent. Je ne le contesterai pas, mais je les admire.

J’ai connu, chez mon Maître Pierre Schmidt,  le Docteur Jacques Emile Henri Niboyet  de Marseille qui pratiquait l’Acupuncture. Sa connaissance et sa reconnaissance des Pouls était phénoménale.  Il nous enseignait trois Pouls superficiels et trois Pouls profonds, situés de chaque côté, le long de la gouttière radiale. Ainsi, logiquement, cela indique en totalité douze Pouls qui correspondent chacun aux Douze Méridiens de la circulation énergétique chinoise. La prise de Pouls facilite la conduite du traitement, indiquant les Méridiens  à disperser ou à stimuler et renforcer.

Nous avons les méridiens  suivants, sur la main droite au niveau de la styloïde radiale, le long de l’incisure ulnaire, de bas en haut :

A/superficiel : Gros Intestin, Estomac, Trois réchauffeurs.

B/profond : Poumons, Rate, Maître du Cœur.

Sur la main gauche , symétriquement  se dévoilent :

C/ superficiel : Intestin Grêle, Vésicule Biliaire, Vessie.

D/ profond : Cœur, Foie, Reins

Si j’acceptais et je vérifiais chaque jour la réalité de la circulation énergétique dans les Douze Méridiens, par contre j’étais particulièrement imperméable à la Cosmogonie Chinoise. J’avais un livre très documenté du Docteur Albert Chamfrault « Traité de Médecine Chinoise ». L’ouvrage me semblait d’une obscurité impénétrable en ce qui concerne les Cinq Eléments et autres Médecines Chinoises Traditionnelles. Ma logique cartésienne se trouvait mise à mal avec des développements abstraits, confus et peu logiques. Edouard a d’ailleurs cité un passage de cette littérature  ésotérique et manifestement peu scientifique.

J’ai aussi étudié les enseignements des Points  du Docteur Auguste Weihe et de son successeur le Docteur Antoine Nebel de Lausanne. Ce dernier était un contemporain de Pierre Schmidt, mais je pense qu’ils ne s’appréciaient pas beaucoup réciproquement.

Pour les Points d’Auguste Weihe , ce sont des Points douloureux et ils correspondent chacun, théoriquement,  à un remède homéopathique. Cependant ces Points ne sont pas toujours spontanément douloureux.  Antoine Nebel disait que « la prescription du nosode faisait apparaître le Point douloureux ! ». Pour ma part, je n’ai observé avec certitude  que les Points suivants au niveau du cou, qui sont :

1/ Le long de la clavicule gauche, à l’insertion pratiquement sternale : Lachesis.  Puis,  plus loin vers l’extérieur, au niveau de l’insertion antérieure du sterno-cléïdo-mastoïdien : Hyosciamus. Plus en dehors, enfin, au niveau de l’insertion postérieure du sterno-cléïdo- mastoïdien : Nitric Acidum.

2/ Le long de la clavicule droite, superposables aux localisations  précédentes, on trouve successivement : Muriatic Acidum, Zincum et Calcarea Carbonica. J’ai reconnu assez souvent ces deux derniers, mais jamais je n’ai trouvé Muriatic Acidum.

J’ai parfois mis en évidence, le long de la ligne médiane du Sternum, au niveau du sixième espace intercostal : Phosphorus. Ce point est situé sur le carrefour respiratoire majeur du thorax.  Mais j’ai plus fréquemment  observé pour Phosphorus, une douleur spontanée ou à la pression de l’épine vertébrale de D5 ou D6 et qui n’est pas un Point de Weihe !.

Il m’est arrivé de voir, le long du bord droit du sternum, au niveau du  deuxième espace : Lycopodium. Disons, bien au dessus et loin du foie.

Mais, aucun, Antoine Nebel, Auguste Weihe ou même Jean Daniaud qui a publié un livre sur ce sujet en 2003, aucun ne signale le Point de Sulfur.  C’est pourtant un remède des plus importants de notre Matière Médicale. Où est-il Sulfur ?

Enfin, ces Points de Weihe sont tous situés sur cinq Méridiens seulement : Vessie, Estomac, Foie, Reins et Vésicule Biliaire. De nombreux Points se trouvent sur la ligne médiane du corps, sur le Méridien Curieux « Vaisseau Gouverneur ». Pourquoi pas les douze Méridiens ? Ensuite, on ne trouve ces Points d’Auguste Weihe seulement  sur la Tête, le Cou, le Thorax  et aussi imparfaitement sur l’Abdomen. Rien sur les membres, pourquoi ?

Je pense que ces Points peuvent servir à étayer, confirmer un diagnostic, mais ils ne peuvent en aucun cas nous dispenser de la recherche classique du Simillimum, de l’Individualisation, bref de notre vrai travail de clinicien homéopathe.

Pour être complet, je me dois de signaler aussi le Point de Paul Nogier.  Ce Point est scientifiquement démontré, il a été au départ observé parle Docteur René Leriche. Paul Nogier a ensuite  translaté l’expérience sur l’Auriculothérapie.  Mais ce n’est pas l’objet de notre sujet aujourd’hui. Nous aurons l’occasion de reparler de tout cela. Surtout, je dois une grande reconnaissance au Docteur Paul Nogier. Nous nous réunissions une fois par mois à son domicile, Place Belcourt, rue Paul Lintier à Lyon. C’est là que je devais rencontrer mon Maître Pierre Schmidt.

En conclusion, je tiens absolument à relativiser tout ce qui concerne les Points, les Méridiens, les Pouls. Je vous expliquerai, bientôt dans la «Présentation 4 », avec une grande sincérité, comment j’ai exercé l’Acupuncture à mes débuts. Je tracerai la parallèle avec le Docteur Louis Berlioz, de la Côte Saint André, petite ville du Dauphiné qui m’est cher. Louis Berlioz non seulement père du grand Hector Berlioz, fut aussi le premier à pratiquer l’Acupuncture en France.  Je connus les mêmes surprises et les mêmes résultats que mon prédécesseur.  Rendez vous sur le Forum où j’essaierai de vous faire revivre la passionnante évolution que j’ai suivi pour passer de l’allopathie à l’homéopathie. Conversion difficile,  empreinte de loyauté envers mes malades et de droiture envers moi-même.

Tags: ,

Une réponse à “Des Pouls, Des Points et des Méridiens” Subscribe

  1. Jihem 20/02/2014 at 20:02 #

    Bonsoir
    Je me permets une petite intervention sur ce sujet que je connais.
    Il est important de ne pas mélanger la forme des pouls et le lieu.
    Les formes sont aujourd’hui au nombre de 28. Chaque forme correspond a un déséquilibre et surtout est une indication importante du protocole thérapeutique appliqué.

    Le lieu correspond à l’artère radiale entre autres.
    Sur cette artère on identifie trois zones (discale vers le pouce, moyenne sur la styloïde radiale, et proximale vers le coude). A chaque zone correspond deux couches (du plus superficiel sur la peau au plus profond contre l’os) sauf, et ceci est important , sur la loge droite moyenne entre estomac et rate où nous trouvons un niveau intermédiaire et donc une troisième strate, le pancréas. Deux autres zones existent en trois strates mais elles sont très spécialisées.

    Quant à Berlioz, certes il pratiqua une acupuncture dont il ne comprenait pas les fondements, n’ayant que le clavis medica de Michel Boym. Et il eut plus de déboires que de réussites car ne comprenant pas le texte très hermétique il enfonçait les aiguilles à des profondeurs qui lésaient les organes.

    Merci en tout cas de partager votre pratique et votre expérience sur l’acupuncture qui est l’art qui me passionne depuis trente-cinq ans.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.