Une société sycotisée

« La santé consiste

a)      à ne pas présenter de douleur sur le plan physique,

b)      c’est un état de bien-être dégagé de toute passion sur le plan émotionnel et dont le résultat est un état dynamique de sérénité et de calme ;

c)       à se trouver libéré de tout égoïsme sur la sphère mentale, d’où découle une unification complète avec la Vérité.

Une personne réellement en bonne santé doit donc combiner les deux qualités divines d’Amour et de Sagesse.

George Vithoulkas

George Vithoulkas

En règle générale le degré de liberté avec lequel une personne exprime sa créativité est un très bon paramètre pour évaluer le niveau de santé d’un individu. »

J’aime beaucoup la définition de la santé qui précède, telle que la donne George Vithoulkas. Elle va d’ailleurs dans le sens de celle de l’OMS tout en la complétant.

Face à cette définition claire, on ne peut qu’être saisi d’horreur en constatant l’état actuel du monde qui semble devenu tellement démentiel que lorsqu’on lui expose une vérité elle est rejetée comme étant de la folie tandis que les pires délires sont perçus comme des perles de sagesse.

L’occident s’enfonce dans un paganisme commercial et voit ses enfants devenir de plus en plus autistes. L’intolérance se développe de partout avec une régression généralisée des acquis du siècle des Lumières, de la raison et du sens critique.

islamiste

Pure expression de l’amour divin

Mais surtout se développe une nouvelle forme de guerre rampante, sous le signe du fanatisme religieux (on voudra me pardonner cet oxymore), en train de se répandre comme une traînée de poudre, qu’il soit créationniste, en voulant à tout prix imposer une lecture littérale de la Bible; islamiste, en voulant imposer des dogmes à coups de fouet, de bombes et autre kalach (cf. la vidéo récente insoutenable d’une femme fouettée au Soudan car elle avait porté un pantalon ou les persécutions toujours plus nombreuses des chrétiens d’Orient). Aucune religion ne semble épargnée. Citons aussi l’Europe où règne cette forme particulière de fanatisme qui se caractérise par le rejet de l’autre et de l’étranger.

Voltaire écrit : « Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend des songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un enthousiaste ; celui qui soutient sa folie par le meurtre, est un fanatique. »

Cette forme d’atteinte du plan émotionnel se caractérise par une absence de détachement et de pondération, et surtout la présence d’idées fixes, ce qui fera de Thuja le médicament de choix dans le traitement de cette pathologie grave qui risque d’embraser la planète.

Oui, clairement, nous nous enfonçons dans ce les homéopathes nomment la sycose (l’une des trois ou quatre formes possibles d’atteintes chroniques) et les plus courageux d’entre vous pourront lire ci-après une petit étude sur ce miasme régnant.

Même s’il semble que nous ayons peu de raisons de nous marrer en 2011, n’oublions pas que l’homéopathie ne cesse de se développer et que le système dominant finira par mourir de ses propres excès.

Nous continuerons donc inlassablement d’agir là où nous le pouvons, en diffusant une information claire, accessible à tous. Déjà les cas vidéo ont suscité quelques vocations, nous sommes certains que d’autres médecins commenceront à leur tour à s’intéresser à la médecine du futur.

Sycose

L’une de ses premières manifestations sur le plan physique est le catarrhe, notamment des sinus, ou autres pertes gynécologiques chroniques. Puis sont atteintes les articulations dont les douleurs sont souvent améliorées par le mouvement. Ainsi lorsque l’on prescrit Rhus-tox mais qu’il échoue, c’est qu’on était devant un cas sycotique.

Combien d’enfants voyons nous atteints d’infections à répétition des oreilles, qui prennent toujours froid, ont le nez pris en permanence ? C’est le Dr. Burnett qui a décrit voici un siècle cet état sous le terme de vaccinose car au bout d’années d’observations il a pu montrer la corrélation avec la vaccination.

A son époque, on n’était encore que des petits joueurs, aujourd’hui les malheureux enfants reçoivent souvent dès la naissance de multiples injections par des médecins dont le sens critique altéré leur permet d’adhérer à la propagande de l’industrie pharmaceutique et même de se croire investis d’une mission. Encore une autre forme de fanatisme.

Je vous rassure tout de suite, la sycose n’est pas alimentée seulement par les vaccins mais aussi par les excès d’antibiotiques, la cortisone, et surtout la pilule. Avez-vous seulement osé imaginer comment peut réagir un organisme à qui on fait absorber pendant trente ans plus de dix fois la dose standard d’hormones produite par l’organisme ? Ou encore quelle relation entre le cancer du sein et la stimulation ovarienne ? Où le nombre inquiétant de syndrome des ovaires polykystiques chez les jeunes femmes ? Ces questions, combien de médecins se les posent ?

Toute la batterie allopathique (oui, batterie, canons, éradication, tout ce langage guerrier la vielle médecine en a toujours été friande) supprime de plus en plus toute manifestation sur le plan physique. Or une médecine qui donne l’apparence de la santé ne fait que refouler le désordre sur le plan émotionnel et mental, aboutissant ainsi aux troubles comportementaux des enfants, et autres troubles de la concentration, au développement exponentiel de la stérilité (bientôt un enfant sur trois né par FIV), à l’explosion des comportements violents et de la délinquance juvénile.

Idée centrale de la sycose

L’idée centrale de la sycose réside dans l’hyperstimulation et la croissance excessive : l’assimilation en excès conduit à cette surcroissance.

Thuja, l’un des plus grands antisycotiques présente l’illusion d’être fragile, délicat, cassant comme du verre. Il s’agit d’une illusion de faiblesse qu’il faut cacher pour parvenir à survivre. Le sycotique a découvert qu’il n’est pas parfait et tente de survivre en masquant à tout prix ses faiblesses. Sur le plan mental et émotionnel on trouve la vantardise sous toutes ses formes, un comportement extraverti, des mouvements excessifs, le tout consistant à créer un écran de fumée pour masquer la faiblesse interne. Ceci vous rappellera sans doute le comportement tellement caractéristique qu’on retrouve jusque dans plus hautes instances françaises. Au point où je viendrai avec une dose de Hyosciamus en poche le jour improbable où je serai invité à l’Elysée !

Une autre illusion de Thuja : l’apparition de pierres à bâtir, nous donne aussi cette idée de construire un mur impénétrable pour se réfugier derrière. Au plan physique on retrouve les verrues, l’hyperkératose, la pilosité anormale.

Tableau mental

Les sycotiques perdent le fil de leurs idées au milieu d’une conversation (Pensées, dissipations, en parlant : Thuja). Ils sont dans un état constant de brume mentale (brain-fag), avec la sensation d’avoir toujours oublié quelque chose. Perte de la mémoire, pour le nom des objets, des rues et des personnes. Distrait, le sujet est souvent oublieux surtout pour les évènements récents. Il redoute de se tromper en écrivant même les mos les plus simples (dyslexie).

Une pensée toute simple devient exagérée de façon permanente au point de devenir une illusion.

L’énergie mentale devient bien meilleure la nuit, ce qui reflète l’aggravation dans la journée de la sycose (amélioration de 20 h à 3 h du matin).

Tableau émotionnel

L’angoisse est ici le dénominateur commun de tous les symptômes exprimés parfois sous la forme de douleur, de mal-être, de souffrance, de torture, d’agonie.

Cette anxiété constante conduit à un sentiment général d’être patraque, indisposé, de n’avoir aucunement « la forme ». Ces sujets présentent une mélancolie incompréhensible associée à une fatigue physique parfois insurmontable.

Peur de l’obscurité et surtout de rencontrer des personnes que l’on ne connaît pas. La peur qu’il y ait quelqu’un derrière eux est très caractéristique.

S’ils ne sont pas déprimés, ces gens sont souvent super expressifs dans l’autre extrême : ils sont les joyeux lurons que tout le monde s’arrache pour animer une soirée.

La libido exacerbée peut conduire à la nymphomanie, à la masturbation incessante, et dans certains cas pousse à la criminalité. L’idée ici c’est d’apprécier le sexe à cause de l’excitation produite, c’est la recherche de la sursimulation, nous ne sommes pas ici dans le romantisme et l’amour de son partenaire. Ce sont des gens très passionnés, mais ils aiment passionnément pour l’excitation que cela induit, les conquêtes sexuelles sont une sorte de sport. Le chasseur sycotique d’ailleurs tient volontiers à jour un album avec les photos de ses conquêtes.

Ces gens recherchent toutes les stimulations possibles comme en témoigne le succès des sports extrêmes, et autres sauts à l’élastique. L’idée ici c’est de vivre « à fond » sans jamais penser aux conséquences du lendemain. La colère et l’excitation sont malheureusement de courte durée, ce qui les pousse à rechercher encore et encore de la stimulation. Tout est urgent, il faut tout réaliser très vite et sans attendre.

Ultime dérèglement, quand le sycotique tue, c’est pour le frisson, l’excitation que cela lui provoque.

Les formes évoluent de façon banale vers ce qu’on peut appeler la dégénérescence morale, la malhonnêteté, la folie criminelle et la manie. Le mécanisme de projection bien connu en psychiatrie joue ici souvent à plein, qui consiste à dépeindre chez les autres ses propres pulsions refoulées. Je ne peux m’empêcher de penser ici à certains ayatollahs dont le regard ne m’inspire pas vraiment la béatitude de la proximité de Dieu.

La jalousie sycotique se base sur une suspicion extrême : ces gens suspectent qu’on ne les comprenne pas bien, ils suspectent les autres et surtout ceux qui leurs sont les plus proche.

Tout est fait pour refouler le sentiment de honte et de culpabilité qui se traduit par l’extrême sensibilité à être critiqué.

Les enfants sycotiques sont anormalement sensibles aux réprimandes, ils se sentent alors comme s’ils avaient commis un crime impardonnable et restent tristes durant des jours. Ils peuvent même avoir des convulsions et des idées suicidaires.

Souvent dès la naissance les bébés ont l’ophtalmie purulente qui est la première expression de la sycose transmise par la mère. Ils ont le teint pâle ou jaunâtre. Leurs mouvements ne sont pas vigoureux, les membres grêles et faibles, l’abdomen souvent agrandi. Ces bébés ont déjà une tendance au catarrhe nasal ou intestinal, ils sont aggravés par le temps humide. Le seul moment où le bébé va bien c’est quand il dort. Le reste du temps, il gémit et pleure et crie toute la journée, pour n’être calme que la nuit. Déjà à ce moment on pourra observer la fameuse position génupectorale, le visage enfoncé dan l’oreiller.

A peine plus grands, l’hyperactivité sous toutes ses formes les caractérise. Les enfants sont très impulsifs et ont une soif d’excitation. Il leur est difficile de rester concentrés à l’école. Le cerveau est embrumé. Courir et danser les stimule. Ils sont exhibitionnistes et ont toutes sortes de choses idiotes pour capter l’attention.

Plus grands, ils portent des couleurs vives, se colorent les cheveux de toutes sortes de teintes voyantes, ou encore aiment montrer leur corps dans des jeans moulants. Pour choquer et attirer l’attention, ils portent des piercings un peu de partout ou se couvrent de tatouages.

Signes physiques

L’allure générale des pathologies : les manifestations se développent rapidement et excessivement (fièvre intense, sécrétion purulente jaune vert), la guérison est toujours lente. Les écoulements sentent mauvais, l’odeur caractéristique est celle comme du poisson. Les accès sont périodiques.

La sycose peut provoquer des excroissances d’aspect verruqueux, certaines formes d’acné (kystique ou rosacée) et bien souvent des naevi. Les taches marron, les taches de rousseur, les mélanomes, et les papillomes. Toutes les formes de mycoses ou d’herpès sont souvent sycotiques ainsi que les plaques d’alopécie.

Mais surtout l’asthme est presque toujours sycotique, surtout avec les indications typiques : aggravation par l’humidité, par l’effort, et au printemps ; s’il est périodique et disparaissant spontanément.

Les calculs rénaux, les formes graves de psoriasis et la plupart des maladies parasitaires sont sycotiques. Les affections valvulaires cardiaques dues aux dépôts et à la croissance tissulaire anormale sont sycotiques.

On se rappellera la sycose dans la plupart des maladies en « ite » comme la névrite, la vaginite, la bronchite, la cystite et la tendinite.

La pilosité est anormalement développée (hirsutisme parfois), avec des poils épais. Les sourcils sont fournis et les ongles épais.

Modalités alimentaires et climatiques

Les sycotiques aiment manger tout ce qui est épicé, salé ou acide. Il y a aussi un désir de viande, de bière et d’oranges. Même l’estomac reflète le psychisme avec le désir de choses qui ont des goûts extrêmes comme les pommes vertes ou aussi les mélanges sucré salé. Les excès de viande et de bière raniment la sycose latente.

Tous les symptômes sont pires avec l’humidité ainsi que par les changements de pression barométrique. Les troubles articulaires, dominés par les douleurs déchirantes, sont spécialement aggravés par le temps humide et au repos. Il y a une amélioration au mouvement et en s’étirant.

Liens vers les cours de formation homéopathique :

* Les miasmes

* La sycose I

* La sycose II

* La sycose III

* La sycose IV

Tags: ,

7 réponses à “Une société sycotisée” Subscribe

  1. imesch alain 31/12/2010 at 12:44 #

    belle démonstration, une fois de plus, ! un grand merci et que 2011 t’apporte encore plus de verve et de curiosité, pour notre plaisir permannt. A.I.

  2. Gaille 31/12/2010 at 16:22 #

    Bien cher Docteur,

    Merci infiniment pour ces précisions que nous lisons toujours avec autant d’intérêt. Quel travail magnifique.

    J’ai appris que vous vous rendrez en Haîti avec Médecins sans frontières et une collègue homéopathe et je m’en réjouis. Je félicite tous les participants pour ce projet fantastique et suis tout à fait convaincue que l’homéopathie remportera de vifs succès dans ce pays atteint par le choléra.

    Plein succès pour 2011, santé et pleins de petits bonheurs vous souhaite affectueusement

    Françoise G.

  3. Athelas 08/01/2014 at 23:47 #

    Salut,
    en voyant les photos de Mandela et Jefferson et leurs regards respectifs je me suis rappelé ton article de 2011 avec la photo du séide au regard fanatique qui peut s’opposer à eux, et du coup je l’ai relu attentivement ce qui m’amène à me et te poser quelques questions. Comment tenter d’expliquer cette amélioration de l’énergie mentale en début de nuit, et pourquoi ranger la plupart des maladies parasitaires dans la sycose ?
    merci
    Xavier

    • admin 09/01/2014 at 05:23 #

      « Comment tenter d’expliquer cette amélioration de l’énergie mentale en début de nuit, et pourquoi ranger la plupart des maladies parasitaires dans la sycose ? » Je ne comprends pas d’où tu sors cela?

  4. Athelas 09/01/2014 at 09:11 #

    Ben c’est Edouard qui l’écrit dans son article…

  5. Athelas 09/01/2014 at 22:26 #

    On parle bien du même article toi et moi ? Une société sycotisée.

    http://www.planete-homeo.org/bonne-annee-bonne-sante/#comment-8193

    Je te jure je n’invente rien :-)

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.