Congestion Vasculaire Aigue

thermomètreCe travail, sur la « Congestion Vasculaire Aigue » était destiné à des étudiants en première année d’Homéopathie. C’est-à-dire à des débutants, en vue de leur faire différencier, Aconitum, Belladona et Ferrum Phosphoricum.

L’exposé du cas clinique Vidéo 4, d’Edouard à propos de Belladona congestif, m’a incité à publier ces transparents. Ils sont un peu primaires pour des praticiens chevronnés, mais néanmoins utiles comme un rappel salutaire.

Les transparents apparaissent sur trois colonnes, une par remède, de gauche à droite: Aconitum, Belladona et Ferrum Phosphoricum.

 
 
 
 

Congestion 1Sur le premier document, comparaison d’Aconitum, vasculaire sanguin type Sulfur, avec Belladona, hypersensible type Calcarea. Enfin, Ferrum Phosphoricum qui tient de son parent Ferrum des réactions vaso-motrices alternantes par bouffées.

Ensuite nous trouvons les variétés fébriles, avec Agitation pour Aconitum, des battements et semi torpeur  pour Belladona et, enfin, des palpitations et sueurs pour Ferrum Phosphoricum.

N’oublions pas les modalités réactionnelles, vent froid et sec, dentition, frayeurs pour Aconitum ; Le coup de froid, le courant d’air et la classique coupe de cheveux de Belladona. L’air froid entraîne les otites, les poussées rhumatismales, congestives de Ferrum Phosphoricum.

Attirons l’attention sur les horaires, l’étude des faciès et la peau. La chaleur sèche d’Aconitum, contraste avec les sueurs chaudes de Belladona. Enfin, les rubéfactions circonscrites de la face avec alternances de pâleurs et rougeurs et, parfois, une petite épistaxis confortent Ferrum Phosphoricum. Noter aussi, la face rouge d’Aconit étant couché et sa pâleur faciale étant assis. Modalité inverse pour Belladona.

 
 

Congestion 2Sur le second document, la chaleur sèche, brulante, avec agitation intense et sans transpiration d’Aconitum contraste avec la chaleur rayonnante, les battements, les élancements douloureux et surtout l’abattement, la semi torpeur de Belladona. Les alternances vaso-motrices et les palpitations signent Ferrum Phosphoricum.

L’angoisse, la peur de la mort : »Docteur si vous ne venez pas dans la demie heure, je serai mort ».J’ai entendu Aconit m’appeler ainsi dans sa détresse. Cette agitation s’oppose à l’abattement profond, la stupeur et les obsessions de Belladona. Il court, il fuit dans son délire, il chante aussi. Tout cela est loin de l’assoupissement simple de Ferrum Phosphoricum avec quelques mouvements pour calmer ses douleurs.

Sur ce document, en très grande valeur, nous trouvons le Myosis serré d’Aconitum, à l’inverse de la Mydriase de Belladona. Quelques gouttes de collyre de Belladona donnaient un regard profond aux «belles dames romaines». Le pauver Ferrum Phosphoricum ne nous offre, à la rigueur, qu’un simple larmoiement.

Tous nos trois congestifs ont soif immodérément. Mais Aconitum, comme China trouve que tout a un goût amer sauf l’eau.

Congestion 3Sur le troisième document, la sudation est comparée. Aconitum, dés que son agitation se calme, commence à transpirer. La phase d’Aconitum cesse, le malade évoluera vers Belladona en cas de congestion vasculaire et vers Bryonia en cas de foyers d’hépatisation. Nous connaissons les modalités douloureuses de Bryonia, je vous ai communiqué le travail de Nash.

Sueurs abondantes, des parties couvertes de Belladona, sueurs profuses ne soulageant pas de Ferrum Phosphoricum sont classiques.

Considérons le pouls accéléré, plein, dur, tendu d’Aconitum. Il diffère du pouls plein, fréquent, bondissant en «grenaille de plomb » de Belladona. Le pouls de et Ferrum Phosphoricum est mou et dépressible.

Quelques modalités douloureuses sont reprises et ne nécessitent pas de commentaires.

Enfin, les grandes modalités d’Aconit, aggravation à la lumière, au bruit, aux secousses et disons à tout ! Aucune amélioration pour ce grand agité. La lumière, la compagnie, le toucher, le mouvement, les heurts, les jambes pendantes aggravent Belladona. Il ressent un répit en couvrant la lumière, en se penchant en arrière et au repos au lit où il est confiné par l’abattement et la torpeur. Notre Ferrum Phosphoricum supporte mal les bruits, les secousses, le mouvement et il est soulagé par les applications froides et un petit saignement.

Tags: , , , ,

3 réponses à “Belladonna, Ferrum Phosphoricum, Aconit : Congestion Vasculaire Aigue” Subscribe

  1. Alain Delaunay 06/01/2011 at 18:10 #

    Simple, concis, clair, précis , que demander de plus ?

    Merci Mr Broussalian grand père !

  2. Edouard Broussalian 06/01/2011 at 23:15 #

    Merci, Monsieur Alain Delaunay,
    Vos encouragements me vont droit au cœur.
    Cet exposé n’est pas un des meilleurs.
    Je vous en prépare d’autres plus soignés, plus travaillés.
    Georges Broussalian

  3. brette 13/01/2011 at 15:00 #

    Merci aux anciens toujours passionnés humbles et prêts à partager et à donner tout leur savoir
    Georges Robert Jacques…
    Amicalement et bonne année
    HenriBrette

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.