Chlorure d’ammonium

Ce sujet est corpulent, relativement obèse ou enveloppé, facilement fatigué. Il présente un thorax et un abdomen élargis contrastant avec des membres plus graciles.

Le tableau d’Ammonium Muriaticum comporte trois points forts qui motivent ses consultations :

1/ Les élancements douloureux, les bouillonnements dans les vaisseaux sanguins, les battements, les pulsations visibles qui témoignent d’une hyperhémie congestive.

2/ En contrepartie, les fourmillements, les picotements, les engourdissements, la lourdeur surtout des extrémités évoquent l’azotémie progressive.

3/ Enfin, toutes les douleurs (lombaires, sciatiques, abdominales) dont se plaint Ammonium Muriaticum, relèvent de deux modalités impératives :

a/ Amélioration étant allongé.

b/ Aggravation étant assis.

Les sensations de bouillonnements ou les élancements douloureux d’Ammonium Muriaticum sont généraux et congestifs. Laurocerasus détient aussi des élancements,  mais plus spasmodiques et cyanosiques. Moschus évolue autour de plus de convulsions et de sexualités. Les muscles de Plumbum s’atrophient, il se cachectise et ses troubles digestifs prédominent.

Ammonium Muriaticum 1

Symptômes généraux, les douleurs comme des ulcérations cutanées sont la règle, surtout après grattage. Après le prurit, persistent alors seuls, Rhus-Toxicodendron, amélioré par l’effort et Silicea qui pésente plus de suppurations que de congestions.

Noter un curieux « froid le soir, aussi souvent qu’elle se réveille » (key note).

Dans les douleurs déchirantes cervicales, Ammonium Muriaticum se distribue avec Aconitum et Carbo Vegetabilis. Aconitum est un remède aigu, suite de frayeur souvent et, Carbo Vegetabilis est un frileux qui se découvre. Ammonium Muriaticum, lui est un rhumatisant avec de multiples douleurs, lombaires, talalgies, lombalgies…

Par contre, les douleurs constrictives du testicule constituent une key note.

Dans les douleurs erratiques des membres, Ammonium Muriaticum figure en bonne place avec: Carboneum Sulfuratum, Kalium Sulfuratum, Lac Caninum et Pulsatilla.

Ammonium Muriaticum est un rhumatisant permanent, Carboneum Sulfuratum est très paroxystique ou saccadé. Pulsatilla souffre au début du mouvement et s’aggrave à la chaleur. Lac Caninum alterne de côté dans son erratisme. Kalium Sulfuratum est d’une grande intolérance à la chaleur de la chambre et s’améliore au grand air.

Enfin, parmi toutes les douleurs, déchirantes, constrictives et autres d’Ammonium Muriaticum, les douleurs lombaires la nuit, la nuit au lit, à trois heures du matin en dormant sont autant de key notes.

Ammonium Muriaticum 2

Les douleurs sciatiques obéissent à la règle générale, améliorées étant allongé, aggravation assis (Lycopodium souffre allongé sur le côté douloureux).

Au niveau dunez, les rhinorrhées d’Ammonium Muriaticum sont excoriantes, mais surtout nous trouvons les éternuements fréquents. Une belle famille, avec Sulfur éternuant le matin et le soir. Nux vomica, se distingue surtout le soir. Coccus Cacti avec un coryza fluent, épais, jaune, adhérent, au contraire de Mercurius qui éternue sans le moindre écoulement. Carbo Vegetabilis aussi n’a pas de coryza, il dispense de grands efforts inefficaces pour éternuer. Mais quand il éternue, c’est surtout après la toux. Arsenicum Album est sujet à de très violents éternuements au cours du rhume des foins. Carboneum Sulfuratum est plus paroxystique que fréquent.

La key note caractéristique d’Ammonium Muriaticum est réveillé de son sommeil par des éternuements.

Nous retrouvons les battements pulsations des amygdales des ganglions du cou, du thorax ou axillaires, le tout au second degré.

Dans les douleurs rongeantes d’estomac Ammonium Muriaticum rejoint, Argentum Metallicum, Cina, Stannum et Sepia. Ce dernier est amélioré en soupant. Les gastralgies d’Argentum Metallicum, apparaissent graduellement et finissent brusquement. Cina se plaint surtout le matin, au lever du lit. Les douleurs d’estomac de Stannum sont d’apparition et disparition progressives, améliorées en marchant.

Les douleurs péri ombilicales avant la selle signent une key note frappante d’Ammonium Muriaticum.

D’ailleurs, ces selles sont très dures, effritées en petits morceaux, difficiles à expulser, et en conséquence, elles s’émiettent sur la marge de l’anus. Ici, trois grands remèdes muriatiques rejoignent cette exonération : Magnesia Muriatica et Natrum Muriaticum viennent épauler Ammonium Muriaticum. Les selles de Mercurius sont en plus excoriantes et plus fréquentes. Natrum Muriaticum, au désir de sel, a des exonérations violentes et parfois involontaires. Magnesia Muriatica est un hépatique au teint jaunâtre et ses selles sont lientériques après le lait.

Les rêves d’eau sont pathognomoniques d’Ammonium Muriaticum. Avec Digitalis et Ferrum Metallicum, ils tombent même dans l’eau.

Ammonium Muriaticum 3

Mais, quand Ammonium Muriaticum ne rêve pas de ses soucis comme Arsenicum Album, il a des rêves agréables, lascifs et sexuels. En bonne compagnie dans ces rêves plaisants, nous trouvons : Staphysagria, Viola Tricolor, Natrum Carbonicum, Lachesis, Nux Vomica, Opium, Phosphoric Acidum. Les trois premiers sont plus agréables que sexuels. Lachesis, avec Opium ont la palme des rêves étranges. L’anxiété peut confiner au cauchemar avec Natrrum Carbonicum. Nux Vomica, anxieux, rêve de misère et bien sûr de querelles. Phosphoric Acidum a les rêves agréables de son passé de déraciné, transplanté.

Dans les extrémités, on ne compte plus les lourdeurs, les fatigues, les raideurs, les tensions des cuisses, des jambes…

Mais surtout les fourmillements des doigts, les picotements des bouts des doigts, des orteils (key note) et toutes les douleurs déchirantes, brûlantes des extrémités s’inscrivent dans le cadre de l’azotémie. Leurs modalités sont toujours l’amélioration allongé et l’aggravation assis.

Nous terminerons sur la curieuse transpiration de la plante du pied. Ammonium Muriaticum partage ce privilège avec Silicea et Nitric Acidum. Transpiration constante, excoriante, prurigineuse et nauséabonde pour Silicea. Avec pratiquement les mêmes caractères, la transpiration des pieds et de la plante de Nitric Acidum apparaît après des traumatismes ou blessures à la colonne.

PS : Les scanners ne sont pas coordonnés exactement avec le texte, je m’en excuse. J’ai travaillé longtemps ce remède complexe avant de le comprendre. Ce cafouillis correspond à mes difficultés de compréhension. Je pense l’avoir exposé clairement.

Tags: , , ,

Une réponse à “Ammonium muriaticum” Subscribe

  1. Edouard Broussalian 09/12/2010 at 20:45 #

    FABULEUX. Un grand merci pour ces lumières. Je me rappelle maintenant quelques cas lamentablement loupés où j’aurais dû le donner…..

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.