Ammonium Carbonicum

AMMONIUM  CARBONICUM

Ce grand remède de la décompensation du robuste Calcarea Carbonica m’est apparu, dans toute sa valeur, après sa lecture dans la Matière Médicale de Kent.

Le type est corpulent, frileux, sédentaire, à la propreté douteuse. Il est surtout sujet à la fatigue et même à la prostration. Le moindre effort provoque une dyspnée intense, la tachycardie, l’épuisement, la dépression.

Am Carb SynoptiqueSur le document synoptique, nous avons, à gauche, les principales cibles du remède.

Nous y voyons, l’état d’asthénie, la prostration, la faiblesse cardiaque, la dyspnée et l’asthme. La crase sanguine, les hémorragies voisinent avec les troubles cutanés. Sur la droite sont consignées les grandes modalités, en rouge pour le degré trois et bleues pour le second degré. La frilosité accompagne l’aversion pour le grand air, caractéristique partagée avec son parent Calcarea Carbonica. La propreté relative s’explique par l’aversion pour le bain. Latéralité droite prédominante, malgré la polarité cardiaque. Suivent les modalités d’aggravation, éliminatrices, météorologiques. L’aggravation est générale au cours des règles. L’amélioration par la pression au degré trois, devance l’amélioration allongé sur l’abdomen.

 
 
 
 
 
 
 

Ammonium Carb 1Le premier document , essentiel, met en valeur la contribution majeure de l’enseignement de Kent.

Toutes les hémorragies, épistaxis, métrorragies, gingivorragies (scorbut), vésicales, digestives, sont de sang noir, liquide et ne coagulant pas.

Les exsudats, les écoulements, rhinorrhée, salive, larmes, leucorrhées sont acides et excoriantes.

Le moindre mouvement, les marches, causent une grande faiblesse, la prostration, des palpitations, de la dyspnée et même l’asthme.

Or, cette «faiblesse cardiaque » est étrange, paradoxale et surprenante car le «cœur est normal» aux investigations cliniques, dyspnée « sine materia » !!

Ainsi, affirme Kent, Ammonium Carbonicum est un remède constitutionnel profond, antipsorique puissant. Quand il apparait chez un carbonique, un manque de réaction aux remèdes, c’est l’heure d’Ammonium Carbonicum. Pour moi, appliquant modestement la leçon de Kent, Ammonium Carbonicum constitue un véritable nosode. Prescrit, il redonne une sthénicité à ce grand faible, prostré, au cœur normal et le ramène petit à petit vers Calcarea Carbonica !!!

Ammonium Carb 2Sur le deuxième transparent sont consignées les notions classiques sur Ammonium Carbonicum. Les flacons de sels aux évanouissements hystériques dans un lieu clos, sont témoins de l’impressionnabilité, de l’hypersensibilité aux bruits, à la parole.

Dans ces lipothymies, la respiration est même si difficile qu’elle peut aller jusqu’au stertor, comme Opium. Mais, ce dernier relève, lui, d’un coma profond. Au contraire, Ammonium Carbonicum, elle, est consciente et on lui présente sous le nez « les sels »…

Les céphalées apparaissant par temps froid et humide, congestives, pulsatives, ou martèlements, mais toujours améliorées par la pression.

L’obstruction nasale la nuit d’Ammonium Carbonicum donne une triade fidèle, avec Lycopodium et Nux Vomica. Les désordres hépato digestives prédominent dans Lycopodium et la constipation chez Nux Vomica.

Les éternuements le matin, au réveil, dans le lit entraînent Causticum et Sulfur en compagnie d’Ammonium Carbonicum. La chaleur de Sulfur se démarque vite. Causticum, lui, en plus des éternuements est enroué le matin et se paye le luxe d’être amélioré par temps humide et pluvieux !!!

Sur la face, les taches rouges après le bain, n’incitent pas notre Ammonium Carbonicum à des ablutions.

La face est souvent bouffie avec des boutons sur le nez. Là, à côté, des parents Calcarea Carbonica et Ammonium Carbonicum nous voyons apparaître Syphylinum qui signe la parenté luétique sous jacente à la psore du remède. Les boutons de Causticum sont situés sur la pointe nasale et sont souvent agrémentés de verrues.

Ammonium Carb 3Le troisième transparent, cautionne cinq importants symptômes.

Si le goût métallique dans la boucheest commun à de nombreux remèdes, par contre, dans les aliments ont un goût métallique, seul subsiste Ammonium Carbonicum, key note.

La dyspnée, l’asthme sont communs, mais la toux sèche à 3 h du matin est pathognomonique. L’expectoration apparaît surtout dans la matinée.

Le pyrosis, les éructations à vide sont une banalité, mais éructations après suppressions constitue aussi une key note.

Les nausées après manger sont un signe d’appel d’Ammonium Carbonicum. Cocculus avec ses nausées a des vertiges, en voiture. Nux Vomica, agité, constipé, coléreux, sthénique est bien loin. Sepia, n’en finit plus de vides, de ptoses et de tristesses. Pulsatilla a très peu soif et ne supporte pas le gras, le beurre.

Les rectorragies au cours de la selle sont partagées avec Hamamelis, Natrrum muriaticum et Phosphorus. Le sang est noir, liquide, coagule mal dans Ammonium Carbonicum et Hamamelis, mais ce dernier n’est pas frileux et des grosses hémorroïdes couronnent son anus. Le sang de Phosphorus est rutilant. Natrum Muriaticum, saigne lui suite de selles trop dures. Les hémorragies anales après la selle indiquent Ammonium Carbonicum, et, seul au degré trois.

Ammonium Carb 4Le quatrième transparent aborde des problèmes génitaux.

Les règles, douloureuses, abondantes, de sang noir ne coagulant pas sont la règle. Cependant, plus rarement et, avec plus de valeur, on observe des règles de courte durée.  Lachesis aux règles âcres, ecoriantes, noires, ne supporte pas la chaleur, ni les vêtements serrés. Pulsatilla au flux variable, perd le jour seulement, des règles consistantes, épaisses, rarement fluides. Sulfur enfin ne supporte pas la chaleur du lit et en sort les pieds. La palme de la brièveté revient à Madame Sepia, règles un seul jour seulement.

Le prurit brûlant des organes génitaux que partage Ammonium Carbonicum avec sa sœur Calcarea Carbonica ne nous étonnera pas avec ses écoulements excoriants.

Ammonium Carbonicum souffre de douleurs lombaires au cours des règles.

Les douleurs de Cimicifuga sont pressantes, augmentent suivant l’abondance de l’écoulement. Présence étonnante ici de Lachesis, plutôt améliorée au cours des règles, mais qui ne supporte ni la chaleur, ni le moindre toucher. Pulsatilla aux douleurs erratiques est frileuse mais s’aggrave au réchauffement. Sulfur souffre la nuit, allongée sur le côté gauche, elle a la tête chaude et les pieds froids. Nux Moschata est une rhumatisante à la somnolence invincible.

Dans les crampes des membres supérieurs, Ammonium Carbonicum s’accompagne d’une sensation de paralysie, prédominant à droite. Les crampes de Calcarea Carbonica touchent toute l’anatomie, surtout du mollet jusqu’à la plante du pied. Colocynthis localise plus souvent ses crampes dans la cuisse et les jambes, améliorées par la flexion et la pression.

Ammonium Carbonicum se plaint des pieds froids le soir au lit, exclusivement, et pas à un autre moment de la journée !  Sepia se plaint des pieds froids à divers moments et surtout au cours des céphalées. Il parle des pieds froids comme par de la glace ou plongés dans de l’eau froide (key note). Silicea aussi déplore les pieds comme glacés et surtout pendant les règles. Calcarea Carbonica accuse des pieds froids de tous les types, tout au long du nycthémère, et après effort mental comme aussi Sepia et Silicea.

Enfin, et ce n’est pas le moindre, taches rouges écarlates sur la peau, touche toutes les maladies éruptives simples, rougeole, scarlatine, et autres rubéoles. Surtout les éruptions malignes ou qui sortent mal, avec fièvre élevée et somnolence sont une indication majeure d’Ammonium Carbonicum. Le remède facilite l’exanthème et permet de raccourcir la maladie et d’en éviter les complications.

Tags: , ,

2 réponses à “Ammonium Carbonicum” Subscribe

  1. Michèle Bärtschi-Guedj 06/12/2010 at 09:34 #

    Cher Monsieur Broussalian,
    Bonjour,
    C’est un régal de découvrir,ou redécouvrir les remèdes et leur KN avec vos fiches claires et colorées! Merci de nous les faire partager. Nous buvons vos paroles!! Cordiales salutations. Michèle

  2. Gaille 13/12/2010 at 00:49 #

    Cher Docteur,

    Quelles merveilleuses précisions et comparaisons entre les remèdes homéopathiques.
    J’ai énormément apprécié.

    Merci infiniment

    Meilleurs messages

    Françoise Gaille-Perret

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.